Bâtiment

Bioclimatique et en matériaux locaux : voilà le bâtiment performant en milieu tropical

Mots clés : Démarche environnementale - Haute Qualité Environnementale - HQE

Au moment où l’Alliance HQE-GBC tenait sur le salon World Efficiency Solutions de Paris une conférence sur les bâtiments neufs ou rénovés en zone tropicale, Construction 21 publiait un livret sur les « tendances du bâtiment » avec un focus sur cette problématique parmi les bâtiments candidats au Green Solutions Awards.

Les projets de bâtiments « exotiques » présentés aux Green Solutions Awards 2017 « se sont démarqués principalement par une conception bioclimatique et l’usage de matériaux locaux permettant de contribuer à la préservation de l’environnement, au développement de l’économie locale et à la transformation des mentalités », note Construction 21 dans un livret consacré aux « tendances du bâtiment » et publié le 12 décembre..

D’un point de vue plus technique, la conception bioclimatique de ces projets se traduit en grande partie par l’usage de la ventilation naturelle.

Une ventilation traversante (des entrées d’air sont placées face au vent dominant, les sorties à l’opposé) est préconisée. L’organisation des pièces est adaptée en situant les pièces de vie côté vent dominant. Il se produit un tirage thermique : l’air chaud monte car il est plus léger que l’air froid. Ce dernier se réchauffe à son tour et ainsi de suite. Des entrées d’air sont souvent placées en bas des murs. Des bouches et un conduit vertical évacuent l’air par le toit. Ce mécanisme se retrouve aussi dans les maisons équipées d’une cheminée dont le foyer est ouvert.
Ce système, totalement écologique et naturel, ne nécessite aucune motorisation pour assurer son fonctionnement et donc aucun apport électrique, ni d’entretien.

Autre caractéristique : l’usage de matériaux résultant d’une production locale a été largement utilisé dans les bâtiments concourant dans la catégorie Énergies & Climats chauds. Le bois demeure bien entendu la ressource naturelle la plus utilisée, ici, le pin et le bois peyi issus de forêts tropicales. L’utilisation de ces bois provenant de forêts locales permet la transformation et l’application du produit via un circuit court.
En Afrique subsaharienne, c’est le recours à la terre crue pour la production de briques qui a été mis en avant.

On peut également inclure à ces deux grands traits, la végétalisation de certaines zones (toits, parkings…) pour profiter des plantes locales et de leurs bénéfices en termes de protection solaire, par exemple, ou encore la pose de panneaux solaires qui exploitent le fort ensoleillement naturel de ces régions.

 

HQE en climat tropical

 

Cette thématique était justement au coeur des débats d’une conférence tenue par l’Alliance HQE-GBC au premier jour du  salon World Efficiency Solutions à Paris. Carlos Vargas, Vice Président de Prodesa (Colombie)a ainsi confirmé : « Comme il faut très chaud près des côtes, on utilise la ventilation naturelle dans nos projets et on met en place des solutions bioclimatiques. Et la Colombie étant très exposée aux aléas climatiques, comme les pluies, nous prenons bien sûr en compte ces risques en concevant les bâtiments ». Et Jean-Claude Pitou, Directeur de SODIAC (La Réunion) d’abonder :« Une spécificité des bâtiments HQE à la Réunion est le travail important fourni sur l’orientation des bâtiments mais aussi sur la protection solaire et la ventilation ».

 

 

 

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X