En direct

Bientôt une nouvelle norme NF DTU pour les terrasses bois

Frédérique Vergne |  le 11/06/2009  |  ImmobilierArchitectureAménagementRéglementationNormes

Une nouvelle norme NF DTU 51.4 « platelages extérieurs en bois » devrait entrer en vigueur à la fin de l'année. Elle va encadrer l'installation des terrasses bois et ainsi combler un vide pour les entreprises qui évoluent sur ce marché porteur, estimé à plus de 6 millions de m2.

Très attendue des professionnels, la nouvelle norme NF DTU 51.4, complétée par la norme des lames de platelages extérieurs en bois (NF B 54 040) va poser un cadre technique de conception et de mise en œuvre des terrasses bois. Une publication d'autant plus importante qu'elle répond à une croissance de ces ouvrages et qu'elle est l'expression écrite des règles de l'art.
Le marché de la terrasse débute dans les années 90 et connaît depuis un fort développement. Il se pose 6 millions de m2 de terrasse bois, équivalent à 235 000 m3 de sciage pour un chiffre d'affaires de 680 millions d'euros. « Sur ce marché en croissance, les professionnels ressentent aujourd'hui un vide puisqu'ils ne disposent d'aucun cadre technique pour arbitrer d'éventuels litiges, ni pour rédiger leurs appels d'offres », explique Wilfried Andres, à la tête de la société Architecture du Bois (67 Niedermodern) et membre de l'Association Terrasse Bois (ATB).
Ce texte est l'aboutissement de trois années de travaux préparatoires. Il prend appui sur un guide de conception et de réalisation des terrasses en bois, réalisé en 2005 par un collectif composé de l'ATB, du FCBA (Institut Technologique Forêt Cellulose Bois-construction Ameublement) et des représentants d'entreprises et réactualisé en 2009 parallèlement au futur DTU.

Deux cas de figure définis selon les destinations

Le DTU 51.4 prend en compte les habitudes de travail des entrepreneurs afin de les aider à réaliser des ouvrages de qualité dans le résidentiel, mais aussi les locaux publics et l'aménagement urbain.
Il définit les ouvrages concernés : « Il faut entendre par platelages extérieurs en bois des ouvrages porteurs constitués de lames de platelages fixés sur des structures d'assises : en bois ou métal, avec ou sans interposition de lambourdes et en béton ou matériau polymère, avec interposition systématique de lambourdes ».
Deux cas de figure sont distingués : le platelage de type 1 pour les terrasses privatives dont la hauteur n'excède par 1 m et le platelage de type 2 pour les ouvrages pour collectivités ou recevant du public, les passerelles piétonnes, etc...
Pour les platelages privatifs surélevés, au-delà d'1 m, qui peuvent entraîner un risque majeur de chutes, ils sont assimilés au type 2. Ces catégories correspondent à des mises en œuvre différentes en raison des charges de structure, des durées de vie et des sollicitations variables. Le type 2 faisant appel, à l'évidence, à des règles de conception plus contraignantes. L'objectif est de générer un ouvrage encore plus performant et pérenne là où la défaillance technique peut avoir des répercussions graves.

Une approche par classes d'emploi

Autre notion importante du nouveau DTU, des classes d'emploi sont définies en fonction de l'exposition du bois. Il convient de retenir des bois présentant une durabilité suffisante pour résister aux sollicitations extérieures (conditions d'humidifications). Le DTU différencie les expositions en deux classes (3 et 4), même si la plupart des conceptions de terrasses développées actuellement sur le marché impliquent une affectation en classe d'emploi 4. Plus précisément, les classes d'emploi 3 et 4 sont définies par les situations suivantes :
- les bois de classe 3 (avec décomposition 3a et 3b) sont des bois extérieurs qui ne doivent pas être en contact avec le sol ni avec une source d'humidification prolongée, et sans piège à eau : l'exposition niveau «3 a » concerne des bois sous faible exposition avec traitement superficiel pour bois faiblement sollicités et risques réduits ; l'exposition niveau «3 b » des bois soumis à une forte exposition avec traitement en profondeur pour bois fortement sollicités et risques notables.
- Les bois de classe 4 peuvent être en contact avec le sol et exposés à l'humidité, de façon prolongée ou permanente.

Humidité prise en compte

Quant au dimensionnement du platelage, le DTU autorise une déformation maximum (« flèche maximale ») en fonction de poids et de la pression exercés sur la terrasse. Ainsi, elle est de 5 mm pour le platelage de type 1 et de 3 mm pour le platelage de type 2 qui doit systématiquement faire l'objet d'un choix de rigidité élevé.
Dans tous les cas, l'humidité des bois de platelage, lors de la mise en œuvre, ne doit pas excéder 18% ; mais cette valeur doit être adaptée aux caractéristiques climatiques de la région concernée. En posant des bois à une humidité voisine de l'humidité d'équilibre du site, on évite des déformations excessives, en périodes sèches, par exemple. Dans le même esprit pour ne pas créer de situations anormales, l'écartement entre lames est défini : écartement jamais inférieur à 3 mm ou supérieur à 12 mm sur les largeurs standard pouvant aller jusqu'à 140 mm environ.

Nettoyage impératif

Les règles de fixation sont également précisées : le vissage en acier inoxydable est obligatoire (A2 ou A4 dans une ambiance corrosive).
Pour être en phase avec les évolutions, le DTU définit aussi les conditions d'emploi particulières des plots polymères réglables, de plus en plus utilisés.
Enfin, il traite des problèmes de finition et de nettoyage en rappelant qu'un platelage bois ne nécessite pas d'entretien spécifique dès lors que l'utilisateur accepte l'évolution de teinte naturelle (évolution vers une couleur grise). Il est cependant nécessaire d'entreprendre deux fois par an un nettoyage méticuleux. Ce nettoyage est essentiel car il permet d'éradiquer le développement de moisissures, les fixations de pollutions, sources principale de glissance.
Actuellement en phase d'enquête publique, la nouvelle NF DTU 51.4 « platelages extérieurs en bois » devrait être publiée à la fin de l'année. Elle montre la voie à un nouveau métier avec ses spécificités propres et pourrait même déboucher vers une qualification professionnelle.

Bientôt une nouvelle norme NF DTU pour les terrasses bois
Bientôt une nouvelle norme NF DTU pour les terrasses bois
Un marché estimé à 23 millions de m2

Selon une dernière étude réalisée en 2005 à la demande du Commerce du Bois, Association des professionnels de la distribution des bois et dérivés, 53% des ménages possèdent un jardin, soit environ 13 millions d'unités. Plus de 30% des jardins ont une surface supérieure à 1 000 m2. En considérant que les jardins de plus de 250 m2 peuvent potentiellement accueillir une terrasse bois, l'étude conclut que plus de 50% des jardins seraient concernés. Connaissant le nombre de jardins et la surface moyenne d'une terrasse bois, le marché potentiel estimé s'élèverait à 23 millions de m2 de terrasse à poser si 5% des propriétaires de jardins s'équipent d'une terrasse bois.

Permis de construire ou pas ?

Avant les travaux, mieux vaut se renseigner auprès des services techniques de la municipalité pour connaître la réglementation. D'une manière générale, la construction d'une terrasse bois dont le niveau supérieur du platelage se situe à plus de 60 cm du niveau du terrain naturel et dont la surface est inférieure ou égale à 20 m2 (SHOB : surface hors œuvre brute) doit faire l'objet d'une simple déclaration de travaux ; par contre si la surface est supérieure à 20 m2, un permis de construire est nécessaire.
D'autres exigences peuvent être formulées, comme la proximité d'un monument historique ou le respect des distances par rapport aux limites de propriété (règlement de lotissement ou de copropriété).

Guide de conception et de réalisation : nouvelle version 2009

Une nouvelle version du guide paru en 2005 vient d'être éditée. En cohérence technique avec le contenu du futur DTU et de la norme produit associée (NF lames de platelages), cette édition intègre quelques thématiques non abordées dans le DTU, comme :
- le développement d'un volet quincaillerie pour la fixation des structures primaires de terrasses (solivages),
- les solutions architecturales pour la pose de lames de platelage,
- les lames en bois-polymère,
- les fixations invisibles

Pour en savoir plus : www.fcba.fr et www.atb.asso.fr

Commentaires

Bientôt une nouvelle norme NF DTU pour les terrasses bois

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX