En direct

Bientôt la fin du génie civil à l’EPR

Olivier Baumann |  le 29/06/2012  |  NordFrance entièreTravaux sans tranchéeEnergie

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Nord
France entière
Travaux sans tranchée
Energie
Valider
Nucléaire -

Repoussée à 2013, la fin du génie civil de l’EPR de Flamanville promet d’être spectaculaire, avec la pose du dôme au-dessus du bâtiment réacteur.

Près de cinq ans après le coulage des premiers bétons du radier du bâtiment réacteur, l’EPR de Flamanville (Manche) a atteint sa physionomie quasi définitive. Les travaux de génie civil, pointés du doigt à maintes reprises par l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) lors de ses visites d’inspection, sont achevés à 93 %. Le dernier aléa en date - des défauts de soudures sur les 45 consoles métalliques fixant le pont de manutention du bâtiment réacteur (pont polaire) - devrait être résolu avant la fin de l’année avec le remplacement de l’ensemble de ces pièces massives (5 t chacune). Conséquence de cet imprévu : la pose par une grue mobile géante du dôme d’acier de 240 t coiffant l’enceinte interne du bâtiment réacteur, initialement programmée cet été, a été décalée au premier semestre 2013. Ce délai supplémentaire impose de recourir à une grue encore plus puissante que prévue : son emplacement d’origine - le pied du bâtiment réacteur - sera en effet occupé par le chantier de construction du deuxième bâtiment diesel qui, lui, n’a pas été retardé. « La flèche de la grue devra donc franchir une portée supplémentaire d’une trentaine de mètres », explique Robert Pays, directeur adjoint de l’ingénierie nucléaire d’EDF et directeur du projet EPR. Haute de 130 m, la grue sur anneau aura une capacité de 3 200 t ! Une fois en place, le dôme servira de coffrage à une couche de béton armé précontraint qui viendra clore l’enceinte interne. La coque avion, cet ensemble de toitures et de voiles de forte épaisseur qui entoure et protège une partie de l’îlot nucléaire contre la chute d’avions, pourra alors être complétée au-dessus du bâtiment réacteur. Cette étape marquera la fin du génie civil de l’EPR.

Les travaux de montage électromécaniques, qui ont progressivement pris le relais, devraient s’achever en 2014. Les effectifs, eux, devraient rester à peu près constants, stabilisés à environ 3 000 personnes.

CARTE - 646285.BR.jpg
CARTE - 646285.BR.jpg - ©
PHOTO - 647340.BR.jpg
PHOTO - 647340.BR.jpg - © EDF Médiathèque/Alexis MORIN
Coût

6 Md€ TTC

Annoncé à l’origine à 3,3 milliards d’euros, le coût de l’EPR a presque doublé.

Mise en service

2016

Initialement, la mise en service était prévue pour 2012.

Chiffres clés

1,5 à 1,8 mètre

Epaisseur des voiles et toitures de la coque avion en béton armé, un C 60 incorporant des cendres volantes.

Fiche technique

Maître d’ouvrage et maître d’œuvre : EDF. Architectes : agence Bridot Willerval. Entreprises : groupement Bouygues Travaux publics (mandataire), Quille, Baudin Châteauneuf ; Bouygues Construction et Eiffage Construction (pôle opérationnel d’exploitation) ; Areva (chaudière/réacteur) ; Alstom (turboalternateur).

Cet article fait partie du dossier

10 grands chantiers

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Code commenté de la commande publique

Code commenté de la commande publique

Date de parution : 09/2019

Voir

Histoire de l’architecture agricole

Histoire de l’architecture agricole

Date de parution : 07/2019

Voir

Règlement de sécurité incendie ERP avec historique des versions

Règlement de sécurité incendie ERP avec historique des versions

Date de parution : 07/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur