En direct

Biennale d'architecture d'Orléans : «Nos années de solitude»
Lucy McRae, Compression Cradle, 2019. Courtesy Lucy McRae. - © Scottie Cameron

Biennale d'architecture d'Orléans : «Nos années de solitude»

Service Architecture & Urbanisme |  le 17/07/2019  |  Biennale d’architecture d’OrléansFernand PouillonProjetsArchitectureLacaton & Vassal

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Culture
Biennale d’architecture d’Orléans
Fernand Pouillon
Projets
Architecture
Lacaton & Vassal
Valider

Après Venise, Orléans... Du 11 octobre 2019 au 19 janvier 2020, la deuxième édition de la Biennale d'architecture d'Orléans examinera "l'expression des solitudes des mondes" dans les domaines de l'art et de l'architecture…

Un «polyptique de propositions curatoriales», pas moins, c’est ce que proposera la prochaine Biennale d'architecture d'Orléans. Pour cette édition, la Biennale fait le choix d'inviter la collection du MAXXI à Rome, pour la mettre en regard avec le projet Waiting land de Stefano de Martino et Karen Lohrmann. Cette confrontation met au jour deux désirs qui s'opposent : le paysage de l'Italie dessiné par des constructions inachevées réalisées sans réglementations et la collection du MAXXI.

La seconde exposition (Homo faber : un récit) consacre la première monographie d’une figure majeure de la collection du Frac Centre-Val de Loire : l'architecte Günter Günschel (1928-2008). Une œuvre qui marque la permanence de l'architecture comme destruction/reconstruction des paysages de la nature.

A ces ancrages historiques répond un paysage des avancées les plus actuelles de l'architecture : The architectural beast, fruit d'une collaboration avec la SCI-Arc de Los Angeles (Southern California Institute of Architecture). Cette exposition collective montre comment les projets étranges de certains architectes, artistes, designers se contaminent sous les traits d'un animal mutant.

Au collectif répond le souvenir d'un des architectes les plus solitaires de la discipline. Le Frac propose, en effet, la première monographie consacrée à Fernand Pouillon (1912-1986). «Mes réalisations parleront pour moi» est une autre manière de donner à voir l'engagement politique d'un architecte, à partir des archives de ses projets en Algérie.

Plusieurs œuvres produites spécialement pour cette Biennale seront à découvrir dans les espaces du Frac. A la Collégiale Saint-Pierre le Puellier, la solitude est examinée à travers les recherches des groupes Arquitetura Nova et USINA_Ctah. La Collégiale sera également investie par les œuvres de l'architecte franco-cubain Ricardo Porro (1925-2014), les recherches du duo de cinéastes Ila Bêka & Louise Lemoine (Buto House) ; ou encore celles de Lacaton & Vassal.

Directeur artistique de la Biennale : Abdelkader Damani (directeur du Frac Centre-Val de Loire). Commissaires généraux : Abdelkader Damani et Luca Galofaro.

Commentaires

Biennale d'architecture d'Orléans : «Nos années de solitude»

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Construire avec le bois

Construire avec le bois

Date de parution : 12/2019

Voir

Mener une évaluation environnementale

Mener une évaluation environnementale

Date de parution : 11/2019

Voir

Propriétés et caractéristiques des matériaux de construction

Propriétés et caractéristiques des matériaux de construction

Date de parution : 11/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur