En direct

Besançon Un port de plaisance tripolaire dans la vallée du Doubs

CHRISTIANE PERRUCHOT |  le 12/09/2008  |  transportDoubsRhône

Parmi les derniers chantiers du programme Avenir du territoire Saône-Rhin (ATSR), l’aménagement d’un port de plaisance multisites à Besançon bat son plein. La communauté d’agglomération du Grand Besançon aménage 30 emplacements pour des bateaux de plaisance et un grand bateau de croisière sur l’ancien port de commerce, en centre-ville. Une vingtaine de kilomètres en amont, à Deluz, la même collectivité construit une seconde halte d’une capacité de 30 bateaux au bord du canal du Rhône au Rhin.

Friches en voie de reconversion

« Ces deux nouvelles haltes complètent la véloroute, aujourd’hui achevée, et des circuits pédestres et VTT aménagés par le Grand Besançon sur son territoire. Tous ces équipements vont doper le développement touristique de la vallée du Doubs, longtemps freiné par le projet de grand canal Rhin-Rhône », espère Jean-Yves Pralon, vice-président à la culture, au tourisme et aux sports.

Complémentaires de la halte du Moulin Saint-Paul rénovée en 2005, les deux nouveaux équipements participent à des opérations d’urbanisme. La halte fluviale du centre-ville côtoiera la Cité des arts et de la culture, première étape de la reconversion du site Rhodia. En surplomb des quais en travaux, le chemin de halage longe l’ancien entrepôt de briques que Kengo Kuma transformera pour héberger le Fonds régional d’art contemporain (Frac) et le conservatoire de région. La salle des musiques actuelles prendra place sur l’autre rive. A Deluz, la halte pour les bateaux de passage anticipe la reconversion des anciennes papeteries. La commune a en partie rénové les façades de ces immenses bâtiments, en quête d’affectation.

Conduits simultanément, les deux chantiers sont techniquement différents. A Besançon, le plan de prévention des risques d’inondation (PPRI) a imposé des pontons flottants amarrés à une quinzaine de pieux de 16,50 m de hauteur. Le quai en dalles de béton repose en contrebas du muret que remplacera un talus enherbé. Les opérations sont menées par Asten Division Pétrissans (agence de Lyon), entreprise spécialisée dans les travaux maritimes. A Deluz, le chantier se déroule à sec. Le quai d’amarrage construit sur des pieux en bois est creusé dans la berge. Celle-ci sera ouverte sur le canal. Le groupement d’entreprises locales Pellégrini-Mouget réalise les travaux.

D’un montant de 2,85 millions d’euros hors taxes, l’opération multisites est financée pour plus d’un tiers par les crédits ATSR.

Commentaires

Besançon Un port de plaisance tripolaire dans la vallée du Doubs

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur