Culture

Bernard Zehrfuss : une petite exposition pour un grand maître

Mots clés : Architecture - Conservation du patrimoine

La Cité de l’architecture et du patrimoine (Paris) met en valeur, jusqu’au 13 octobre, un florilège de plans, maquettes, etc. issu du fonds d’archives Bernard Zehrfuss (1911-1996). Une (re)découverte à ne pas manquer…

« La poétique de la structure », tel est le nom de la trop modeste exposition temporaire consacrée à Bernard Zehrfuss (1911-1996), figure majeure – et méconnue – de l’architecture des « Trente Glorieuses ». Premier Grand Prix de Rome (1939), pétri de rationalisme autant que d’humanisme, Zehrfuss s’est engagé très tôt dans l’aventure moderne en adoptant les modes constructifs les plus novateurs de son temps.

 

Composite

 

Les commissaires de l’exposition – Christine Desmoulins, journaliste et critique d’architecture, et Corinne Bélier, conservatrice en chef du patrimoine à la Cité de l’architecture – fines connaisseuses de leur sujet, ont parfaitement su mettre en relief le caractère composite de l’œuvre de Zehrfuss, qui panache avec virtuosité l’expérimentation des théories modernistes avec les savoir-faire de l’architecture vernaculaire.

 

Iconiques

 

Concepteur, avec ses confrères Camelot et de Mailly, du premier schéma d’aménagement du quartier de La Défense, Zehrfuss signera en France quelques-uns des édifices les plus iconiques de l’après-guerre : Usine Renault de Flins (1957), siège de l’Unesco à Paris et ses extensions (1952-1980), Cnit de La Défense (1958), musée gallo-romain de Lyon (1975). Autant de projets majeurs pour lesquels Zehrfuss collaborera avec les plus grands ingénieurs-constructeurs de son temps (Prouvé, Nervi, Esquillan), ainsi qu’avec des artistes ou designers tels que Picasso, Miró, Del Marle, Pillet, Perriand, etc. Un patrimoine moderne – hélas – peu ou pas protégé, lorsqu’il n’est tout simplement pas détruit, à l’image du siège Novartis-Sandoz de Rueil-Malmaison… Un grand oeuvre que cette exposition invite à redécouvrir.

A (re)lire : Bernard Zehrfuss, par Christine Desmoulins, coédition inFolio/Editions du Patrimoine

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X