En direct

Bernard Viry fondateur et P-dg de Viry construction

OLIVIER BERTHELIN |  le 28/06/2002  |  SantéProfessionArchitectureCultureTechnique

Le grand couturier de la charpente métallique

Bernard Viry, fondateur de Viry Construction à Eloyes, investit le marché chinois avec l'enthousiasme qui l'a conduit à porter le flambeau de la construction métallique de haute technologie. En Chine, cet infatigable bâtisseur poursuit comme en France des chantiers de prestige. En collaboration avec l'architecte Paul Andreu, il participe à la réalisation du toit de l'opéra de Pékin.

« La Chine représente un important potentiel de croissance. Les Chinois recherchent notre savoir-faire. Ils commencent à s'intéresser à l'esthétique dans la construction », explique celui qui, sur le tard, devient commis voyageur du bâtiment français haut de gamme. A 61 ans, Bernard Viry regarde l'avenir avec sérénité. « Mon entreprise fonctionne avec un carnet de commande rempli deux ans à l'avance », précise le P-DG.

Ayant réalisé un chiffre d'affaires de 25 millions d'euros en 2001 et prévoyant d'atteindre les 30 millions d'euros en 2002, le groupe Viry, qui compte 140 salariés, compte parmi les leaders français de la construction métallique de haute technologie.

Bernard Viry a fondé son entreprise dans la cave de son pavillon il y a 35 ans. « Je voulais promouvoir l'utilisation de l'acier dans la construction en articulant technologie de pointe et qualité architecturale. L'acier se marie parfaitement dans l'espace avec le verre pour donner des réalisations solides et lumineuses », explique le concepteur. Le regard brillant de passion, il explique comment il métamorphose en flèches de cathédrales des pylônes EDF de 80 m de hauteur harmonieusement fondus dans le paysage. A ses yeux, même une cloche de décantation pour une usine de traitement des eaux usagées doit devenir une oeuvre d'art. La passion le guide tout autant que l'économie dans le choix des marchés. « Je suis plus un inventeur qu'un gestionnaire », convient-t-il.

Pendant six ans de 1990 à 1996, il a dû céder sa société au groupe Bouygues. « J'avais résisté de longues années, mais dans une période difficile, je n'avais pas d'autres choix. Puis, quand Bouygues s'est lancé dans la téléphonie, j'ai pu racheter mon entreprise. Depuis, je m'appuie sur le directoire qui m'entoure pour la gestion qui ne me passionne pas, et je continue à jouer le rôle du patron pour définir les grandes orientations », raconte Bernard Viry.

Histoire d'amour avec les architectes

1967 : création de Viry Construction;

1985 : avec Adrien Fainsilber : couverture du hall d'accueil de la Cité des sciences et de l'industrie de La Villette, à Paris;

1994 : avec Marc Mimram : péage des Eprunes, A5;

1995 : avec Jacques Kalisz : poutre en arc d'une portée de 150 m, au stade Gabriel-Montpied, à Clermont-Ferrand;

1996 : avec Paul Andreu et Jean-Michel Fourcade : halls d'embarquement de l'aérogare 2F Charles-de-Gaulle, Roissy;

1997 : avec Architecture Studio Europe : passerelle du Parlement européen, à Strasbourg;

1998 : avec Renzo Piano : centre culturel Jean-Marie-Tjibaou, à Nouméa.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Isolation thermique durable des bâtiments existants

Isolation thermique durable des bâtiments existants

Date de parution : 12/2018

Voir

Code des juridictions financières

Code des juridictions financières

Date de parution : 12/2018

Voir

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

Date de parution : 12/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur