En direct

Bernard Guirkinger, président du SPDE, P-DG de Lyonnaise des eaux France

JEAN-MICHEL GRADT |  le 16/04/2004  |  SantéEnergieCollectivités localesTechniqueEnvironnement

La passion au service de l'eau

«Ce qui fait l'intérêt d'une carrière comme la mienne tient à la nature même du produit. Le service public de l'eau n'est pas un service comme les autres, parce que l'eau n'est pas un produit comme les autres. A la fois essentielle et vitale, l'eau participe de l'hygiène mais elle procède aussi de l'environnement et de sa protection. Cette double facette fait, à mes yeux, tout l'intérêt du métier. Généralement, quand on entre dans ce secteur, on y reste », constate Bernard Guirkinger, élu en 2003, à la présidence du Syndicat professionnel des entreprises de services d'eau et d'assainissement (SPDE).

Pour représenter 75 adhérents pesant ensemble 10 milliards d'euros d'activité et touchant à un domaine sensible de la vie quotidienne - le prix de l'eau - il fallait un homme qui allie la connaissance des règles de l'art à l'abattage d'un grand patron. Bernard Guirkinger, P-DG de la Lyonnaise des eaux France et directeur eau Europe de Suez, est de ceux-là.

Jeune ingénieur, spécialisé BTP, il aurait pu construire des ponts ou des réseaux électriques. La rencontre avec l'eau en décida autrement.

Entré dans le groupe Lyonnaise des eaux en 1977, il ne le quittera plus. « J'ai eu la chance d'avoir à la fois l'expérience du terrain avec la Sogest et de connaître par la suite la dimension nationale et l'étranger », poursuit-il. De ce parcours, il tire une certitude : l'organisation de l'eau en France, basée sur un siècle de coexistence entre régie et gestion déléguée à des opérateurs privés, a créé un cercle vertueux. Ont pu ainsi émerger des leaders mondiaux, tant en ingénierie (OTV, Degrémont, Stéreau) qu'en exploitation (Générale des eaux, Lyonnaise des eaux, la Saur). « Cette dynamique rejaillit sur la chaîne, jusqu'aux groupes de BTP. »

Mais qui dit produit affectif, dit secteur exposé. Il a donc droit, régulièrement, aux observations de la Cour des comptes. « Aucun service public n'est plus contrôlé que l'eau, mais cette exigence est justifiée », nuance le président du SPDE. Pour l'avenir, les axes de progrès qu'il propose sont essentiellement : mettre au point des critères de performances nationaux ; optimiser l'entretien-renouvellement des réseaux et dialoguer avec les collectivités pour une approche de gestion patrimoniale de ces réseaux.

L'eau, de l'entreprise au syndicat

1975 : ingénieur, diplômé de l'Ecole Centrale, spécialisation BTP, il passe quelques mois chez NordFrance.

1975 : rejoint l'Algérie au titre de la coopération technique.

1977 : ingénieur à la Lyonnaise des eaux, en région parisienne.

1980 : dirige la Sogest, filiale alsacienne du groupe.

1991 : nommé directeur régional des exploitations sud de Paris.

1995 : directeur Allemagne/Europe centrale.

1996 : nommé directeur général de la Lyonnaise des eaux France.

2001 : nommé P-DG de la Lyonnaise des eaux France et directeur eau Europe.

2003 : nommé président du SPDE.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Code des juridictions financières

Code des juridictions financières

Date de parution : 12/2018

Voir

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

Date de parution : 12/2018

Voir

Le ravalement

Le ravalement

Date de parution : 12/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur