Logement

Benoist Apparu : « Il faut déréglementer, dénormer le logement en France »

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Gouvernement - Handicap - Normalisation - Marquage CE

Sur BFM-TV, l’ancien ministre du Logement Benoist Apparu a pointé l’excès de normalisation comme étant un frein à la construction de logements. En citant, comme exemple, la norme handicap.

Si Benoist Apparu, ministre du Logement en 2012, avait une mesure à mettre en oeuvre pour relancer la construction de logements, ce serait celle-ci : déréglementer, dénormer le secteur. « Si vous voulez faire baisser les prix de production des logements, notamment en Île-de-France, il faut radicalement baisser le nombre de normes », a-t-il estimé le 5 août, interviewé par BFM-TV. En exemple, il a cité la norme ‘handicap’ qui, selon lui, augmente les coûts de construction de 10 à 15%.

 

« Cela a été une erreur de notre part d’accumuler les normes »

 

L’ancien ministre a d’ailleurs fait son mea culpa au sujet de la normalisation. « Je suis le premier, comme ancien ministre du Logement, à avoir créé de nouvelles normes. Cela a été une erreur de notre part d’accumuler loi après loi, norme après norme. Ce pays est en train de ‘crever’ du fait de l’explosion des normes, a-t-il affirmé. Nous sommes un pays qui veut se protéger de tout. Mais vouloir protéger tout le monde de tout, c’est s’assurer un zéro de croissance pendant plusieurs années. »

Le député de la Marne a également exprimé des doutes quant à la décision de l’actuelle ministre du Logement, Cécile Duflot, d’encadrer les loyers (voir notre article). « Si vous dites aux futurs propriétaires privés que vous allez baisser leur rentabilité locative en bloquant les loyers, est-ce que vous leur donner l’envie d’investir ? Je n’en suis pas sûr, a estimé Benoist Apparu. Nous avons besoin de propriétaires, d’investisseurs : c’est par eux que nous résoudrons la crise du logement en France. »

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
  • - Le

    Y compris pour les normes handicapés

    Archétype du « trop » par « politiquement correct » (le handicap, c’est triste donc sacré) : 100 % des logements adaptés au fauteuil roulant, alors qu’il ne représente qu’une faible proportion des handicapés, eux-mêmes en infime proportion des habitants, tout adapter y compris la cuisine alors que la plupart des handicapés la font utiliser par un autre (conjoint, parent, mairie…). Et pourquoi accabler Apparu qui fait un mea culpa (pour une fois !). C’était le meilleur ministre du logement depuis longtemps avec un fort engagement pour la densification !
    Signaler un abus
  • - Le

    simplifier les normes oui, pour les handicapés non!

    Simplifier les normes thermiques oui, mais pas à la baisse, au contraire. Le prix de l’énergie restera élevé. Concernant les normes handicapés, ce serait stupide et injuste d’y toucher.
    Signaler un abus
  • - Le

    yakafokon !

    Après tout ce temps passé aux manettes dans l’aménagement et l’urbanisme, on peut réellement s’interroger sur les compétences de ce Mooossieurs donneurs de leçons incapable de les appliquer quand il fut aux manettes. Il faudrait lui conseiller de passer un peu moins de temps dans la politique de démolition des copains d’en face et un peu plus de temps sur les dossiers. Sur le fond, les réglementations sont le reflet de notre société, complexe, procédurière et de la réaction du législateur, face à un secteur dont le sport préféré est de contourner les contraintes. Au final, on aboutit à une machine infernale et indigeste où chacun a pris la ceinture et les bretelles. Mais qui prendra le risque d’écrire et de signer qu’il ne faut plus tenir compte des règles de sécurité sur un chantier ou qu’un bâtiment peut contenir des matériaux cancérogènes ou encore que la facture de chauffage n’est pas la priorité ? Au bal des faux culs … il ait des danseurs émérites moi j’dis!
    Signaler un abus
  • Commenter cet article
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X