En direct

Batiphoenix offre une seconde vie aux matériaux

Nina Le Clerre |  le 30/03/2018  |  ConjonctureFormationParis

Les conducteurs de travaux peuvent écouler, via cette plate-forme, les matériaux issus de la déconstruction.

Késia Vasconcelos n'est pas peu fière de présenter l'endroit où elle travaille tous les jours. Il s'agit de l'incubateur HEC implanté à Station F, le plus grand campus de start-up du monde, créé par Xavier Niel à Paris. Cette jeune ingénieure en BTP (Esitc Paris), ancienne stagiaire chez Vinci Construction et Fayat, et son binôme Lucile Hamon, spécialisée dans la valorisation des déchets, ont intégré la structure dès son ouverture, en juillet 2017, grâce à une idée née sur les bancs de HEC.

Gaspillage énorme. Toutes deux y ont suivi un master en entrepreneuriat et ont fait le même constat, que ce soit au cours de leur cursus ou de leurs stages : le secteur du BTP génère un énorme gaspillage de matériaux sur les chantiers et un volume colossal de déchets (240 millions de tonnes par an).

La jeune pousse a aussi développé des activités de conseil.

Un gisement qu'elles comptent bien exploiter avec leur concept Batiphoenix, une marketplace dédiée au réemploi des matériaux de chantier à destination des professionnels. En clair, les conducteurs de travaux se retrouvant avec du polystyrène, des panneaux acoustiques ou des chemins de câbles sur les bras peuvent les revendre, en publiant une photo sur la plate-forme, en précisant la quantité et les caractéristiques de la marchandise, le lieu du chantier ainsi que le délai de vente. « Dans les trois quarts des cas, il s'agit de matériaux issus de la démolition, le reste provenant d'un surplus de commande », précise Késia Vasconcelos. Au niveau des garanties, Batiphoenix fournit par exemple des contrats de prévente pour que l'acheteur soit prémuni des fausses déclarations du vendeur.

En août 2017, les deux jeunes femmes créent officiellement leur entreprise et démarchent les groupes de construction et les entreprises générales avec un argument phare : ils n'ont plus à financer le traitement de leurs déchets. Sans parler de l'impact écologique favorable pour une filière à la recherche de solutions de réemploi et de recyclage de ses déchets. Quant aux acheteurs visés, il s'agit des TPE artisanales de bâtiment, privées des économies de l'achat de gros. « Les prix de Batiphoenix sont entre 40 % et 80 % inférieurs à ceux du marché », affirme Késia Vasconcelos. Quelques entreprises réalisent déjà ce type de ventes, mais à petite échelle et, surtout, sans outil propre. De ce point de vue, Batiphoenix propose une plate-forme de mise en relation plus optimisée, bien qu'encore imparfaite. « La nouvelle version du site intégrera l'option de paiement en ligne », promet-elle.

Levée de fonds. La start-up fonde son business model sur l'accès payant à cet outil : Batiphoenix prélève une commission, dont la cofondatrice préfère taire le taux, sur chaque transaction. Début 2018, la jeune pousse avait généré une vingtaine de ventes, essentiellement en Ile-de-France, avec un panier moyen de 800 euros. Mais pas question de s'arrêter là. Depuis janvier, elle a ajouté une activité de conseil à son arc et prépare une offre clés en main afin d'offrir un accompagnement au réemploi pour chaque étape des chantiers. « Nous nous donnons pour objectif d'atteindre 200 000 euros de chiffre d'affaires à la mi-2018 », ambitionne Késia Vasconcelos. Une échéance à laquelle les fondatrices espèrent aussi réaliser leur première levée de fonds.

Août 2017 : création de la start-up.

800 euros : montant moyen des premières ventes.

200 000 euros : chiffre d'affaires visé à la mi-2018.

PHOTO - 12228_747700_k2_k1_1775600.jpg
PHOTO - 12228_747700_k2_k1_1775600.jpg
L'avis de l'expert

« Batiphoenix se positionne sur le créneau concurrentiel mais porteur de la valorisation des déchets du BTP. Sa solution permet à des professionnels de bénéficier de matériaux de bonne qualité à des prix attractifs, tout en limitant l'impact environnemental. Le projet est jeune, il sera rapidement nécessaire de fluidifier la plate-forme et de sécuriser les échanges. »

Nathan Zelany, associé au cabinet d'audit et de conseil BDO

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Batiprix Bordereau 2019 - 36 ème édition

Batiprix Bordereau 2019 - 36 ème édition

Livre

Prix : 98.00 €

Auteur : Groupe Moniteur

Voir

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur