En direct

Bâtiments tertiaires Un trimaran de verre décrochela certification démarche HQE
PHOTO - TECH EOS Maq.eps - ©

Bâtiments tertiaires Un trimaran de verre décrochela certification démarche HQE

VIRGINIE BOURGUET |  le 18/09/2008  |  SantéEnergieImmobilier

Point de repère entre Paris et les Hauts-de-Seine, un projet phare de bureaux, tout de verre et d’Inox, alliant technologie et qualités environnementales, s’ancre désormais sur les quais de la Seine. Plongée au cœur d’une architecture « écologiquement » exemplaire…

C’est une véritable vague verte qui déferle dans l’ouest parisien, en bord de Seine, à l’entrée de la ville d’Issy-les-Moulineaux… Trois vaisseaux de verre aux lignes épurées s’ouvrent désormais en éventail comme des bras en signe de bienvenue. Ils sont reliés sur l’arrière – en façade sud, le long de la voie ferrée (ligne RER C) – par un prisme rectangulaire habillé de cassettes Inox à l’aspect métallisé gris clair. Le bâtiment central compte huit étages et culmine à 43 m au niveau de l’acrotère. Les deux autres, ainsi que le prisme, sont construits sur sept niveaux. Aux abords de l’édifice, 4 000 m2 d’espaces verts, dessinés sur le thème de la mer, ondulent entre les différents corps de bâtiment. Ce programme de bureaux, qui accueillera en 2009 le siège européen de Microsoft, forme un ensemble de 46 000 m2 de Shon (surface hors œuvre nette). Il a été baptisé Eos Generali, en référence à la déesse de l’aurore et mère des quatre vents…

Intégration dans l’environnement

Tout un symbole quand on sait que l’une des particularités de ce gigantesque trimaran est d’être l’un des premiers bâtiments de cette envergure en Ile-de-France à bénéficier de la certification « NF Bâtiments tertiaires – Démar­che HQE ».

Compte tenu des fortes contraintes liées au site – proximité des voies ferrées et routières, des bords de Seine et de l’usine d’incinération Isséane –, la priorité a été donnée à la maîtrise des impacts sur l’environnement extérieur. Les cibles retenues entrant dans cette ­catégorie (voir encadré) ont donc été traitées à un niveau « très performant » : intégration du bâtiment dans son environnement immédiat (d’où le soin tout particulier apporté à l’aménagement paysager et à la desserte du site) ; optimisation de l’entretien et de la maintenance du bâtiment ; performance en matière de gestion de l’énergie et des eaux pluviales.

« Le coefficient d’imperméabi­lisation du site a été amélioré, grâce notamment à la végétalisation de la toiture du prisme par des sédums. Les eaux de pluie sont récupérées pour l’arrosage des espaces verts par deux bassins de rétention de 210 et 230 m3 situés sous les jardins », précise Jean-Baptiste Lefeuvre, assistant HQE du promoteur de l’opération au sein du bureau d’études Gecob Conseil.

Huit cibles HQE très performantes ou performantes

Sur les quatorze critères du référentiel de certification (datant de janvier 2005), huit cibles sont atteintes avec un niveau “ très performant ” ou “ performant ”, alors que sept seulement sont imposées (voir encadré). « Pour répondre à la cible “ Energie ”, plutôt qu’un système de climatisation classique par ventiloconvecteur, c’est un plafond rayonnant réversible avec des “ dry coolers ” en toiture (coefficient de performance supérieur à 4,5) qui a été retenu, explique Bruno Willerval, l’un des architectes du projet. Ce système, régulé par bureau, permet une économie de 440 kW de puissance, soit 915 MWh de consommation électrique par an. »

Le bâtiment est également raccordé à une sous-station CPCU (Compagnie parisienne de chauffage urbain) alimentée principalement par incinération d’ordures ménagères, permettant de valoriser les énergies renouvelables non fossiles pour le chauffage et la production d’eau chaude sanitaire. La ventilation est assurée par une VMC double flux, avec filtration poussée de l’air neuf et échangeurs rotatifs sur air extrait, ayant une efficacité supérieure à 70 %. L’extraction des salles de réunion est asservie à l’occupation avec un débit variable commandé par des sondes de CO2.

Les autres critères HQE, traités à un niveau “ performant ”, vont de la réduction des nuisances sonores au confort visuel et à la qualité de l’air intérieur, pour proposer un environnement de travail de qualité aux utilisateurs. L’aspect “confort ” repose en effet sur deux éléments essentiels : la lumière, qui doit être la plus naturelle possible, et la recherche d’une température agréable en toute saison. Pour ce faire, il a fallu conjuguer l’esthétique d’une façade en verre avec des contraintes phoniques et thermiques particulièrement fortes.

Pour réaliser les façades rideaux (est et ouest) des trois vaisseaux, des verres techniquement sophistiqués ont été sélectionnés. Ils conjuguent qualités d’isolation phonique, d’isolation thermique, de contrôle solaire et de transmission lumineuse évaluée à plus de 60 %.

Des vitrages trois fois plus performants

Ces vitrages, clairs de couleur gris nuancé, sans allège et sérigraphiés pour éviter l’effet de vertige, sont composés de verres feuilletés 12/24/55-2 ou 12/24/44-2 avec lame d’argon.

Trois fois plus performants qu’un vitrage classique peu émissif, ils offrent un coefficient de déperdition Uvit de 1,1 et 1,4 W/m2.K et, pour le confort d’été, un facteur solaire de 0,32 ramené à 0,25 avec un store de toile claire intérieur.

« Quant à l’affaiblissement acoustique, qui est de 35 à 38 dB, il atteint la limite de ce qui peut, aujourd’hui, se faire en façades rideaux », conclut Jean-Baptiste Lefeuvre.

Au vu de ce projet, il ne fait aucun doute que la certification HQE a une incidence sur la conception d’un bâtiment, sans pour autant brider la créativité…

Maîtrise d’ouvrage : Generali Immobilier.

Promoteur : Bouygues Immobilier.

Architectes associés : Agence d’architecture Bridot Willerval et Arquitectonica.

Bureau d’études HQE : Gecob Conseil.

Bureau d’études structures : Coteba Ingénierie.

Bureau d’études façades : RFR.

Paysagiste : Paso Doble.

Principales entreprises : Bouygues Bâtiment (gros œuvre) ; Permasteelisa France et Goyer (façades vitrées) ; Smac (étanchéité, toiture végétalisée) ; Lefort Francheteau (CVC) ; Lachaux Paysage (aménagement paysager) ; Screg (VRD).

Surface de l’opération : 46 272 m2 HON.

Livraison : printemps 2009.

PHOTO - TECH EOS 2.eps
PHOTO - TECH EOS 2.eps

Commentaires

Bâtiments tertiaires Un trimaran de verre décrochela certification démarche HQE

Votre e-mail ne sera pas publié

Librairie du Moniteur

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Amélioration et renforcement des sols - AMSOL - Tomes 1 et 2

Amélioration et renforcement des sols - AMSOL - Tomes 1 et 2

Prix : 0.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur