En direct

Bâtiment Un chantier qui jongle avec délais et contraintes
PHOTO - TECH PSA 1.eps - ©

Bâtiment Un chantier qui jongle avec délais et contraintes

D. E. |  le 14/09/2006  |  ArchitectureRéalisationsSeine-et-MarneYvelinesEurope

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Architecture
Réalisations
Seine-et-Marne
Yvelines
Europe
Gros œuvre
Professionnels
Valider

A Vélizy-Villacoublay (Yvelines), le gros œuvre d’un vaste bâtiment de bureaux est exécuté tambour battant en moins d’un an. Situé dans une zone aéronautique, le chantier tient compte de contraintes de site et contractuelles sévères.

Dix-huit mois pour livrer 107 000 m2 de planchers finis. C’est l’objectif fixé à Sicra pour construire un immeuble de 30 000 m2 de bureaux et 77 000 m2 de parking et locaux techniques sur la zone aéronautique militaire Louis-Breguet située à Vélizy-Villacoublay. Démarrés en septembre 2005 sous le poids de fortes contraintes, les travaux de gros œuvre menés par les équipes de Sicra sont achevés.

« Fin 2005, nous disposions d’un permis de construire et d’une notice descriptive sommaire, d’un prix figé et d’un délai record à respecter », rappelle Gilbert Letendre, directeur général de Sicra. « Nous avions trois mois pour mettre au point le dossier d’exécution. »

Sans attendre, l’entreprise a ouvert le chantier avec une équipe qui ne disposait pas de dossier d’exécution. Ainsi, les terrassements ont été lancés sans les plans définitifs et principalement exécutés en trois mois. Les 400 à 500 rotations de camions (camions que l’entreprise est allée chercher jusqu’en Italie et en Allemagne) ont évacué 240 000 m3 de déblais du site à un rythme intensif atteignant jusqu’à 5 000 m3 par jour. « Nous avons souvent dû travailler 24 h sur 24 », concède Gilbert Letendre.

« Il a même fallu procéder préalablement à un diagnostic en vue d’une dépollution pyrotechnique », se souvient Christophe Virey, directeur de travaux. Une précaution indispensable pour ce site aéronautique abondamment bombardé pendant la dernière guerre et qui aurait pu conserver sous terre quelques obus non éclatés. Pendant ce temps, les équipes de l’architecte, des bureaux d’études et d’encadrement du chantier se sont activées conjointement pour mettre au point les plans d’exécution. « Nous avons installé sur place une équipe de quatre architectes de mon cabinet, sollicités au jour le jour par l’urgence des travaux », commente Jean-Jacques Ory, architecte.

Pénurie d’hommeset de matériaux. Si la détection pyrotechnique n’a révélé aucune présence métallique jusqu’à 3 m de profondeur dans l’emprise des terrassements, le risque a tout de même interdit tout recours aux tirants pour stabiliser les parois enterrées réalisées sur le périmètre du terrain. « Le recours à une paroi du type berlinoise butonnée (voir ci-contre) est venu alourdir le coût des travaux et augmenter légèrement la durée d’exécution de cet ouvrage », reconnaît Thierry Pontailler, maître bâtisseur. Une contrainte supplémentaire qui n’a pas entamé le moral de ce chef qui, depuis le début de l’opération, se bat pour anticiper les difficultés de chantier et faciliter le travail de ses équipes : « Les délais de livraison du bois de coffrage et de l’acier (trois semaines au lieu d’une) ainsi que leur prix ( 20 % pour le bois en trois mois) ne cessent d’augmenter rapidement, constate Thierry Pontailler, et, pour ne rien arranger, la main-d’œuvre qualifiée est toujours plus difficile à trouver. »

Ce faisceau de contraintes à gérer au quotidien d’un chantier déjà soumis à un délai très court n’a apparemment pas cassé le moral de ces hommes qui maîtrisent le béton et la gestion des imprévus… Depuis le mois de juin, les corps de métiers secondaires ont fait leur entrée sur le chantier. « Le plus difficile reste à venir, confie Christophe Virey : gérer les corps de métiers secondaires et terminer un ouvrage de qualité dans les temps… »

PHOTO - TECH PSA 2.eps
PHOTO - TECH PSA 2.eps - © documents : dr
DESSIN - MN5364-chantier-contraintes.eps
DESSIN - MN5364-chantier-contraintes.eps - ©
PHOTO - TECH PSA Pers.eps
PHOTO - TECH PSA Pers.eps - ©
Fiche technique

Maître d’ouvrage : Socogim (filiale du groupe Vinci).

Utilisateur final : PSA.

Maître d’œuvre : Jean-Jacques Ory, architecte.

Entreprise générale : Sicra (filiale du groupe Vinci), avec le concours de 40 sous-traitants (15 en gros œuvre, 25 en corps de métiers secondaires).

Coût des travaux : 57,5 millions d’euros (25 millions de gros œuvre et 32,5 millions de second œuvre) pour le contrat de conception-construction, plus 10 millions de travaux par les acquéreurs à venir.

Délai de chantier : 18 mois (commencé en septembre 2005, avec fin du gros œuvre en septembre 2006 ; livraison globale le 31 janvier 2007).

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Urbanisme de dalle

Urbanisme de dalle

Date de parution : 03/2019

Voir

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Date de parution : 02/2019

Voir

Accessibilité en ville : guide des équipements publics

Accessibilité en ville : guide des équipements publics

Date de parution : 02/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur