En direct

Bâtiment Entrepreneurs et artisans prêts pour s'adapter à la reprise

MICHEL OCTERNAUD |  le 04/09/1998  |  ArtisansLogementConjonctureEntreprises

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Artisans
Logement
Conjoncture
Entreprises
Valider

Ils attendent cependant une visibilité à plus long terme et une amélioration des prix pour crier victoire .

Depuis quelques mois, le bâtiment va mieux : les entrepreneurs et les artisans voient se regonfler leurs carnets de commandes et les statistiques annoncent une reprise plus ferme encore pour les mois à venir, essentiellement tirée par le secteur privé. La semaine dernière, en effet, le ministère de l'Equipement confirmait à fin juillet, sur douze mois, la poursuite de la croissance des autorisations de construire, tant dans le logement neuf que dans les bâtiments non résidentiels (« Le Moniteur » du 28 août, p.13). Dans le même temps, la Fédération nationale des promoteurs-constructeurs (FNPC) annonçait une prévision de hausse sensible des ventes de logements neufs pour l'ensemble de l'année 1998 (voir p.18).

A cette bonne nouvelle dans la construction neuve, vient se superposer une autre bonne nouvelle, dans l'ancien cette fois : la confirmation de la reprise des travaux des particuliers. Robert Buguet, président de la CAPEB (Confédération nationale de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiment), s'en félicite : « Les Français ont retrouvé le goût de rénover leur logement ; c'est une tendance que nous avions enregistrée l'an passé à la même période et qui, depuis, ne s'est pas démentie. D'ailleurs, le volume des travaux d'amélioration de l'habitat s'est à nouveau accéléré juste avant cet été. Chez les artisans, le moral s'améliore d'autant plus que les carnets de commandes se regarnissent. » Les travaux devraient également croître dans certains compartiments des bâtiments non résidentiels ; ce qui, au total, donnerait à la courbe de l'activité entretien-réhabilitation une bonne orientation.

Avec le décalage dans le temps entre les permis de construire et les ouvertures de chantier, qui varie selon les types d'ouvrage, il est donc prévu un mieux réel de l'activité des entreprises que les experts situent dans le courant du premier semestre 1999. « Cette année, estime avec beaucoup de prudence Alain Sionneau, président de la Fédération française du bâtiment (FFB), nous ne nous attendons pas à une explosion de l'activité. Nous maintenons notre prévision de hausse à environ 1 %. Mais, globalement, la confiance est revenue. En janvier, nous avions évalué la perte d'emplois pour 1998 à 10 000 ; nous prévoyons aujourd'hui une perte de 8 000 emplois. Mais tant qu'on n'arrive pas à 2 % de croissance, on ne cesse pas de détruire des emplois : mon secret espoir est d'arriver à une progression l'an prochain. »

Une reprise ferme pourrait relancer l'emploi

Nombre de PME et d'artisans, sur un marché où la quantité des intervenants s'est réduite, se préparent ainsi à faire face à cette embellie, après avoir géré ces dernières années la décroissance. Les chiffres des offres d'emploi sont à cet égard bien orientés. Alain Sionneau se déclare « confiant dans la capacité des entreprises à absorber le retour de l'activité à la croissance. Certaines entreprises ont çà et là peut-être des problèmes de recrutement de personnels qualifiés ; mais, globalement, l'outil de formation de la profession est capable de satisfaire les besoins ».

Chez les artisans, cependant, des inquiétudes subsistent : « Je n'ai jamais cessé de dire que nous manquons de main-d'oeuvre qualifiée, affirme Robert Buguet. Notre réserve n'existe plus car on a misé sur l'intérim. » Pour le président de la FFB, « les entreprises n'ont pas vocation à faire appel à l'intérim, outil utilisé lorsque la visibilité sur les marchés est insuffisante. Mais les personnels intérimaires se trouvaient antérieurement dans nos entreprises et avaient été formés par la profession. De fait, si une réelle reprise se confirme, beaucoup d'intérimaires seront embauchés ».

Les professionnels jugent cependant les perspectives « fragiles » : tout d'abord, l'effet reprise du logement dépend étroitement du prêt à taux zéro. Or, si celui-ci sera financé dans le cadre du budget 1999, il n'est pas pour autant pérennisé.

Un mieux ne veut pas dire un retour à l'expansion

Par ailleurs, le nouveau « conventionnement Besson » fait craindre « 10 000 à 25 000 logements locatifs en moins chaque année », selon la FFB (25 000 pour la FNPC). L'embellie des bâtiments industriels, par exemple, reste étroitement liée à l'environnement économique général qui risque de se détériorer sous l'effet de la crise qui s'amplifie à l'Est. Enfin, la reprise doit être relativisée par rapport au très bas niveau des prix atteint dans le bâtiment. Des prix qui, toutefois, ont cessé de se dégrader, notent les professionnels.

PHOTO : Le rythme des chantiers devrait s'accélérer dans les mois à venir.

Un outil de production fragilisé

Le bâtiment a perdu, de 1991 à 1997, 40 000 entreprises (en 1997, le secteur comptait 266 000 entreprises) ; 200 000 emplois (en 1997, l'effectif de la profession était de 800 000 salariés).

Le chiffre d'affaires du bâtiment, sur cette période, a régressé de 11% : il est tombé à 435 milliards en 1997 (dont 189 milliards dans le neuf et 246 milliards dans l'entretien-réhabilitation).

Emploi : depuis le début de 1998, le BTP présente un solde positif de 1 400 emplois, selon l'enquête du ministère du Travail et l'Insee.

Le travail temporaire dans le BTP représente 80 000 équivalents-emplois temps pleins cette année, contre 66 000 en 1997 et 63 000 en 1996

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Accessibilité des bâtiments aux personnes handicapées

Accessibilité des bâtiments aux personnes handicapées

Date de parution : 07/2020

Voir

40 guides et outils pour conclure un marché

40 guides et outils pour conclure un marché

Date de parution : 06/2020

Voir

Maîtrise d’ouvrage publique et ses rapports avec la maîtrise d’œuvre privée

Maîtrise d’ouvrage publique et ses rapports avec la maîtrise d’œuvre privée

Date de parution : 06/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur