En direct

Batimat : pourquoi les architectes y vont… ou pas
Vue du hall dédié au gros oeuvre lors du salon Batimat 2011 - © © Collectif/S. Lauret/Batimat 2011

Batimat : pourquoi les architectes y vont… ou pas

Propos recueillis par Milena Chessa |  le 29/10/2013  |  France entièreArchitectureCommunicationGirondeBatimat

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Profession
France entière
Architecture
Communication
Gironde
Batimat
Valider

Les salons Batimat, Interclima+Elec et Idéo bain se tiennent du 4 au 8 novembre à Paris Nord Villepinte. Le Moniteur.fr a questionné quelques architectes pour savoir s’ils comptaient s’y rendre et pourquoi. Voici leurs réponses…

J’Y VAIS !

Paul Rolland (agence 2:pm architectures)

www.2pmarchitectures.com

Nous allons à Batimat pour deux raisons bien précises. La première est que nous avons réalisé deux stands pour des industriels, donc il est intéressant pour nous de voir de quelle manière ils sont utilisés et vécus. La deuxième, plus terre à terre, est qu'il est toujours profitable d'aller jeter un œil sur les nouveautés, notamment concernant les matériaux. Et puis ce sera aussi l'occasion de revoir physiquement la "#teamarchi" de Twitter, donc on est à fond !

Gaston Tollila (atelier d’architecture Tolila + Gilliland)

www.tolilagilliland.com

Je compte aller à Batimat, mais il faut savoir à l’avance ce que l’on va y chercher. Car sans idée précise, ce salon peut être une grande perte de temps. C’est intéressant d’avoir tous les produits sous la main, mais j’aimerais en découvrir que l’on n’a jamais vu ailleurs.

Guillaume Aubry (agence Freaks Free Architects)

www.freaksfreearchitects.com

La balade à Batimat vaut le coup, même si l’on n’attend pas ce jour-là pour découvrir la solution miracle... Cette année, nous donnons une conférence sur l'architecture contemporaine à Bordeaux. Nous présentons le projet de la Maison de l’économie créative et de la culture d’Aquitaine (voir un portfolio). Et puis, nous irons boire du Champagne dans l'espace VIP !

Dominique Jakob (agence Jakob + MacFarlane)

jakmak1.dotster.com

J’ai fait une partie de mon éducation sur les salons à regarder les détails des matériaux et des produits. J’adore ! On peut y trouver des choses que l’on ne cherchait pas. Cela donne des pistes. Le problème, c’est le temps pour pouvoir tout faire : façade, gros œuvre, couverture, isolation, etc.

Françoise N’Thépé (agence Beckmann-N’Thépé)

www.b-nt.biz

Nous allions à Batimat quand nous étions étudiants et au début de notre agence d’architecture pour connaître les produits. Maintenant, nous avons un accès plus facile aux fournisseurs et n’y allons plus, sauf pour réaliser un stand (comme en 2003) ou donner une conférence (comme cette année).

JE N’Y VAIS PAS !

Bita Azimi (agence Cab)

agencecab.com

Je ne crois pas au fait d’avoir une révélation devant un matériau vu à Batimat et de vouloir ensuite construire un bâtiment avec. C’est bien que ce salon existe, mais il y a trop de choix.

Bernard Desmoulin (agence Bernard Desmoulin)

www.desmoulin-architectures.com

Je ne suis allé qu'une seule fois au salon Batimat (il y a plus de dix ans) et me suis promis de ne jamais y retourner. Sortir de ce lieu étouffant avec sa pochette plastique pleine de documents inexploitables me donne des architectes une image peu valorisante. De la même manière je ne mets jamais les pieds dans un supermarché. Je préfère découvrir de façon hasardeuse les produits dont je ne retiens les noms et les performances que lorsque le besoin s'en fait ressentir. Je préfère ainsi que ces produits viennent à moi (je ne sais pas comment, mais en tout cas, ils finissent par venir) plutôt que moi à eux. Les voir ainsi dans une orgie de stands et de commerciaux ne m'aide pas à les imaginer sur mes projets. C'est une réflexion un peu brutale, mais pensée depuis longtemps.

David Trottin (agence Périphériques)

www.peripheriques-architectes.com

A Batimat, tout est surgelé, nous voulons des produits frais ! Et puis les fabricants parlent de leur politique en faveur de l’environnement, mais ils nous inondent d’échantillons et de documents. Une fois, j’ai mis dix kilos de moquette à la poubelle…

Stéphane Malka (agence Malka Architecture)

www.stephanemalka.com

Les matériaux innovants, on a plutôt tendance à les trouver sur Internet que dans l’océan de vendeurs de tapis de Batimat. Je préfère avoir une matériauthèque en constant renouvellement toute l’année.

Edouard François (Maison Edouard François)

www.edouardfrancois.com

A Batimat, on attrape la chtouille à jouer avec les matériaux que tout le monde touche. Alors non, je n’y vais pas, car les matériaux sont à inventer !

www.batimat.com

Commentaires

Batimat : pourquoi les architectes y vont… ou pas

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Code commenté de la commande publique

Code commenté de la commande publique

Date de parution : 09/2019

Voir

Histoire de l’architecture agricole

Histoire de l’architecture agricole

Date de parution : 07/2019

Voir

Règlement de sécurité incendie ERP avec historique des versions

Règlement de sécurité incendie ERP avec historique des versions

Date de parution : 07/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur