En direct

Basse-Normandie Hérouville : des plans d'eau pour traiter les eaux pluviales

le 24/01/1997  |  France Collectivités localesEnvironnementSantéTechnique

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

France
Collectivités locales
Environnement
Santé
Technique
Valider

Classée parmi les plus belles zones d'activités de l'Ouest, Citis (80 micro-entreprises, 800 emplois, 230 logements actuellement), à Hérouville-Saint-Clair dans la banlieue de Caen, présente la particularité d'être aménagée sur 100 ha dont 16 de verdure et de lacs s'étageant sur plusieurs niveaux. Trois immeubles ont d'ailleurs les pieds dans l'eau. Mais l'originalité est ailleurs. Elle réside dans le rôle que jouent deux plans d'eau pour traiter les eaux pluviales et pour réalimenter une nappe phréatique destinée à l'alimentation en eau potable.

Ce système de traitement de l'eau pluviale en site urbain est exemplaire. Pour ce faire, l'eau de pluie est récupérée par des noues de drainage, et acheminée jusqu'à un décanteur-déshuileur avant d'être rejetée dans un petit lac (dit « lac 2 ») qui permet l'écrêtement et la décantation des eaux pluviales. Pour être potable, cette eau doit être oxygénée et épurée. Aussi deux pompes acheminent-elles l'eau du lac 2 vers un autre lac, plus grand, le lac 1, autour duquel ont été construits sur quai ou sur pilotis trois immeubles (notre photo).

Un système de cascades artificielles permet la réoxygénation de l'eau. Par ailleurs, la mise en place de plantes aquatiques a accentué le phénomène. L'eau s'écoule ensuite par une rivière artificielle de nouveau dans le lac 2. Au total 80 000 m2 d'eau sont retenus par un talweg naturel. Redevenue potable, elle peut être redonnée à la nappe phréatique par un exutoire.

Ce projet pilote de traitement de l'eau pluviale en site urbain a été réalisé par l'architecte Michel Kalt, le paysagiste Alain Provost et Eric Jacobsen de Sauveterre. Ce système original a coûté 15 millions de francs financés à 70 % par un prêt bonifié de l'agence de l'eau Seine-Normandie. Le remboursement de ce prêt est supporté à hauteur de 30 % par la Shema au titre de l'opération Citis, de 40 % par la ville d'Hérouville-Saint-Clair et de 30 % par les maîtres d'ouvrage des aménagements à réaliser sur le bassin versant.

« Le surcoût est de l'ordre de 5 millions », explique Alain Kendergi, directeur de la Shema, qui constate qu'on pense rarement à traiter les eaux pluviales et à les transformer en eau potable.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Conception et mise en œuvre des garde-corps

Conception et mise en œuvre des garde-corps

Date de parution : 05/2020

Voir

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Date de parution : 05/2020

Voir

Valorisation de l’immobilier d’entreprise par l'externalisation des actifs et autres solutions

Valorisation de l’immobilier d’entreprise par l'externalisation des actifs et autres solutions

Date de parution : 02/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur