Collectivités territoriales

Banque publique d’investissement : les Pays de la Loire dans les starting-blocks

Avant même que les décrets d’application de la loi sur la création de la Banque publique d’investissement ne soient parus, la région des Pays de la Loire est prête. Elle a réuni, lundi 7 janvier, une préfiguration du comité d’orientation régional, sorte de conseil de surveillance du futur bras armé financier de l’Etat et des régions.

 « C’est une première en France » a annoncé fièrement Jacques Auxiette, président de la région des Pays de la Loire. Une première qui apparaît comme une évidence tant l’homme fort de la région s’est impliqué dans la création de cet outil et surtout dans sa régionalisation.  D’ailleurs, si les contours de cette banque sont encore flous, la future BPI ne devrait pas dépareiller avec les solutions proposées par la région depuis quelques années.

« La boite à outils financiers déployée depuis 2009 préfigure déjà largement le cahier des charges d’intervention de la future BPI » confirme Jacques Auxiette. « Nous sommes prêts, ajoute Christophe Clergeau, 1er Vice-président en charge de l’économie et de l’innovation, « car nous avons établi des relations efficaces avec les acteurs financiers publics et privés. « Il s’agit aujourd’hui d’adapter  ce nouvel outil à notre territoire et ses spécificités et de combler les insuffisances du financement actuel des TPE-PME et ETI qui portent des projets, ne trouvent pas de financements pour se développer ou se relancer et ont une réelle valeur ajoutée en termes d’emplois » poursuit-il.

 

Doubler le volume des prêts accordés dans la région

 

La réunion de préfiguration du comité d’orientation régional a rassemblé les élus, les représentants de la future BPI (OSEO et Caisse des Dépôts), et du monde financier (l’association Nantes Atlantique Place Financière, la Fédération Française des Banques et les Banques de France). Les instances consulaires, le CESER, les partenaires sociaux et de personnalités qualifiées représentant des entreprises et des filières étaient également de la partie.

Pour la région, cette réunion a pour but de « présenter des attentes précises et d’exposer un cahier des charges avec des préalables indispensables ». Cela ce traduit par deux premiers objectifs concrets : la définition du rôle du comité d’orientation régional, que la région imagine comme un quasi conseil de surveillance ; et l’élaboration d’un cahier des charges pour faire évaluer les outils existants. « Nous souhaitons doubler les prêts et garanties accordées aux entreprises par Oséo et la région en les faisant passer de 1,5 à 3,3 milliards de financement générés » détaille Christophe Clergeau.
Autres chantiers : la région souhaite également aider les entreprises à renforcer leurs fonds propres, soutenir l’économie sociale et solidaire, la conversion numérique et la transition écologique et énergétique. A suivre.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X