En direct

Bâle-Mulhouse : Le terminal fret de l'aéroport à mi-chantier
Le chantier du Cargo Terminal. - © © Régis Sengelin,/ Mader.

Bâle-Mulhouse : Le terminal fret de l'aéroport à mi-chantier

Laurent Miguet (Bureau de Strasbourg du Moniteur) |  le 23/01/2014  |  TransportsEuropeParisFrance entièreTechnique

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Chantiers
Transports
Europe
Paris
France entière
Technique
Valider

Pièce centrale de la zone « Nouveau fret » de l’EuroAirport Bâle-Mulhouse, le Cargo Terminal atteindra la fin du gros œuvre à la fin du mois prochain. L’investissement de plus de 40 millions d’euros, infrastructure et aménagement compris, aboutira à une mise en service à la rentrée 2014.

Le sprint réussit à la coopérative Mader de Guebwiller (Haut-Rhin) : fin février, l’entreprise de gros œuvre aura livré la coque de 21 500 m2 du Cargo Terminal, le nouveau hangar de fret de l’aéroport de Bâle-Mulhouse. Le lauréat national 2010 des prix Moniteur de la construction a engagé les travaux en août, et a mobilisé jusqu’à 50 personnes et trois grues à tour sur ce chantier. « Six mois d’études préalables et une organisation bien rôdée rendent possible la vitesse d’exécution », commente Jean-Marc Kornacker, P-DG. La sous-traitance de Dietsch, qui a fourni les panneaux préfabriqués en béton matricié, côté Tarmac, a également contribué à la tenue des délais.

Un coffrage dédié

Côté camions, l’inclinaison de la façade, longue de 350 m, donne son sens à la métaphore du navire de marine marchande, et met en valeur le savoir-faire de l’entreprise : sa filiale EG Préfa a préfabriqué les 20 fosses à palettes et truck docks, ainsi que les 900 m linéaires d’allèges, source de lumière du jour pour les futurs bureaux.

Vue du chantier
Vue du chantier - © © EuroAirport

Au-dessus et en-dessous, l’outil de coffrage réalisé par Peri et conçu par Régis Sengelin, chef de chantier principal, permet le coulage en place de la façade dont l’inclinaison répond à des objectifs fonctionnels et architecturaux : « Les deux m de débord de toiture mettent les déchargements à l’abri de la pluie ; le terrain ainsi gagné améliore le confort de manœuvre des camions ; l’arête renforce la relation visuelle entre le bâtiment et la route parallèle », explique Roman Gala, architecte de l’agence parisienne Franc. Préalable à la pose de la toiture, l’interface entre Mader et le charpentier métallique pyrénnéen Nestadour occasionne l’une des principales spécificités techniques : « Au dernier étage, le plancher métallique tient la façade », précise Laurent Cunin, du bureau d’études Cetec de Montbéliard, maître d’œuvre des structures, garant de la  haute qualité environnementale et chargé de l’ordonnancement, pilotage et coordination.

850 000 m3 valorisés In Situ

La prestation de Mader a suivi celle du tandem Climent Eurovia, chargés du terrassement et du réemploi In Situ de 850 000 t de matériaux. Point fort de la démarche Haute qualité environnementale du maître d’ouvrage, l’équilibre entre déblais et remblais repose non seulement sur les voiries, réseaux et plate-forme, mais aussi sur des collines modelées par le bureau d’études Sogeti Infra, pour optimiser la protection sonore des habitations environnantes. L’aéroport franco-suisse a également exprimé son volontarisme écologique dans ses options foncières : plutôt que de s’étendre sur des terres naturelles ou agricoles, la zone de 27 ha se développe dans d’anciennes gravières. En amont du chantier actuel, la création de nouvelles aires humides a restitué un habitat équivalent à la faune et à la flore.

Les six mois à venir mettront les titulaires des lots techniques à l’épreuve des prescriptions thermiques de l’industrie pharmaceutique bâloise : l’utilisateur principal des sept cellules exige le maintien d’une température intérieure comprise entre 15 et 25°C. La commercialisation rapide du bâtiment a conforté le maître d’ouvrage, qui ambitionne de rejoindre Francfort, Munich et Paris, parmi les poids lourds du fret aéroportuaire européen : compte tenu de la demande suisse et française, la septième cellule a enrichi le programme, au stade des études d’avant-projet.

Avec ce projet phare des années 2013 et 2014, l’aéroport confirme son rôle de locomotive du BTP du sud de l’Alsace, assumé depuis la fin du XXème siècle lors du chantier d’extension des installations terminales, et sans doute pour de nombreuses années encore : avec des diamètres qui atteignent jusqu’à 1800 mm, le calibrage des réseaux d’eau posés par Eurovia anticipe les extensions futures de la zone fret.

Commentaires

Bâle-Mulhouse : Le terminal fret de l'aéroport à mi-chantier

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Conduire son chantier en 70 fiches pratiques

Conduire son chantier en 70 fiches pratiques

Date de parution : 11/2018

Voir

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

50 outils pour la conduite de chantier

50 outils pour la conduite de chantier

Date de parution : 03/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur