En direct

Balance ton macho

Nohmana Khalid, |  le 06/04/2018  |  ConjonctureParis

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Conjoncture
Paris
Valider

Vous mettez du temps à payer vos fournisseurs, avez recours au travail illégal, discrimi-nez à l'embauche ou tardez à féminiser vos instances de décision ? Votre nom sera affiché sur la place publique. Mais si vous êtes condamné pour avoir rémunéré, formé, promu ou muté vos salariés en considération de leur sexe, ou si vous n'avez pas tenté de négocier un accord pour l'égalité salariale hommes-femmes, alors ça ne regarde que vous ! Vous pourrez tranquillement continuer de soumissionner aux marchés publics et aux concessions, les acheteurs n'ayant pas connaissance de vos pratiques… Autrement dit, il y a « deux poids, deux mesures » dans l'application du name & shame (1) !

Le débat devant le tribunal admi nistratif de Paris n'y a rien changé. Le juge a en effet rejeté, à la mi-mars, le recours de deux associations qui réclamaient la dénonciation publique des mauvais élèves franciliens en matière d'égalité professionnelle, « en l'absence d'intérêt public légitime à diffuser le nom desdites entreprises ». Les machos peuvent dormir sur leurs deux oreilles : leurs secrets de famille resteront bien gardés.

A la pointe du combat judiciaire, l'élu écologiste francilien Julien Bayou souhaite avoir toutes les cartes en main pour confier les marchés publics de sa région aux entreprises vertueuses. Le trentenaire a été rejoint par Yvette Roudy, 88 ans, la toute première ministre des Droits de la femme, à l'origine de la loi sur l'égalité professionnelle de 1983. Tous deux interpellent Emmanuel Macron. Visiblement sensible à la question, le président de la République avait en effet affirmé, à l'occasion de la Journée des droits des femmes, vouloir stigmatiser les entreprises respectant le moins la loi et présentant les plus gros écarts salariaux.

Quelle que soit sa décision, une telle pratique ne suffirait évidemment pas à combler les inégalités. Mais un bon coup de pied dans la fourmilière ne peut faire que du bien.

PHOTO - 12353_753653_k2_k1_1789525.jpg
PHOTO - 12353_753653_k2_k1_1789525.jpg - © BRUNO LEVY / LE MONITEUR
(1) Nommer et couvrir de honte.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Date de parution : 02/2019

Voir

Accessibilité en ville : guide des équipements publics

Accessibilité en ville : guide des équipements publics

Date de parution : 02/2019

Voir

Guide pratique du contentieux de l'urbanisme

Guide pratique du contentieux de l'urbanisme

Date de parution : 01/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur