Le moniteur
« Baisse immédiate des charges sociales de 30 % »

« Baisse immédiate des charges sociales de 30 % »

Laurent Duguet |  le 07/03/2019  |  Moi, artisan Cahiers de doléances

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Artisans
Moi, artisan
Cahiers de doléances
Valider

Delphine Grémy dirige une entreprise générale de 15 salariés à Collemiers (Yonne). Elle défend sa mesure prioritaire dans le cadre des cahiers de doléances des artisans du bâtiment.

« Je dirige une PME de format familial, une entreprise générale mais artisanale, avec 15 salariés, tous en CDI. Depuis 20 ans, je prône la formation par alternance et j’accueille des apprentis, des jeunes, mais aussi des personnes en reconversion professionnelle. Malgré le travail de qualité que nous réalisons, nous travaillons à perte et lorsque nous sommes à l’équilibre, nous estimons qu’il s’agit d’une victoire.

Pourquoi ? Face à la concurrence déloyale, légale mais biaisée, légale mais incontrôlée, nous sommes trop chers et la situation ne fait que s’aggraver depuis trois ans. Dans ce contexte, je demande en urgence la baisse de 30 % sur les charges salariales pour permettre au modèle d’entreprise à la française  - auquel je crois tant - de ne pas disparaître. Que l’Etat se rassure : une bonne partie de cette baisse des charges sera transformée en pouvoir d’achat et se retrouvera en termes de consommation. Le temps de l’épargne est révolu et les salariés redistribueront en TVA ce gain dégagé pour les entreprises. Et pour pousser le raisonnement jusqu’au bout, en plus de la baisse des charges sociales, je demande la suppression des auto-entrepreneurs dans le BTP ainsi que l’harmonisation des charges sociales pour l’ensemble des salariés en Europe. Sans cette baisse des charges, les vraies entreprises - pas celles qui font appel à une main d’œuvre ou à une sous-traitance étrangère – n’embaucheront plus dans le secteur du bâtiment ».

Commentaires

« Baisse immédiate des charges sociales de 30 % »

Votre e-mail ne sera pas publié

chanpic

08/03/2019 13h:55

Nous sommes une petite entreprise du bâtiment, et à ce jour nous sommes contraints de licencier la moitié du personnel (6 salariés) car nous ne sommes plus compétitifs pour les marchés publics; Les offres retenues sont 30% à 40% en-dessous du budget établi par les économistes de la construction. Ces entreprises françaises n'ont aucun scrupule à faire travailler dans des conditions inhumaines des travailleurs étrangers détachés venant d'Europe de l'Est. Ils arrivent par camion et se débrouillent comme ils peuvent pour survivre sans confort durant la durée du chantier, ils travaillent pour des salaires dérisoires parfois même le weekend et sont payés par les agences intérimaires de leur pays ; Ces employeurs ne paient donc aucune charge sociale en France; Cette concurrence est totalement déloyale. C'EST LE NOUVEL ESCLAVAGE AUTORISE PAR NOTRE CHER GOUVERNEMENT - MERCI MONSIEUR LE PRESIDENT Notre Président préfère laisser mourir toutes les petites entreprises afin de protéger les grandes entreprises;PAUVRE FRANCE !!!

Votre e-mail ne sera pas publié

PICBOIS

08/03/2019 15h:51

entierement d accord

Votre e-mail ne sera pas publié

Michaël69

09/03/2019 10h:44

Bonjour, Madame, je suis chef f entreprise depuis 13 ans, le problème des charges, de la cfe, des taxes sur les enseignes, l augmentation des normes ect.... sans oublier la concurrence déloyale des auto entrepreneurs et MO étrangères, ne font que fragiliser nos entreprises. Bien entendu une baisse drastique des charges sur les salaires seraient un facteur de consommation et le travail serait valorisé et mieux payé ! Aujourd’hui on ne trouve plus de personnel qualifié, il y a environ 1 million d emplois à pouvoir sur 5 millions de chômeurs. La baisse des charges oui mais une réforme complète du système avec une harmonisation de tous les statuts, une chasse au travail dissimulé et aux chômeurs professionnels!Valorisation du travail!

Votre e-mail ne sera pas publié

François

10/03/2019 15h:26

Bravo Madame, vous avez totalement raison : une baisse des charges sociales patronales d'au moins 30 % serait un premier pas. Mais avec l'assistanat développé par nos politiques fonctionnaires sans risque de chômage pour l'essentiel et incompétents en gestion d'entreprises, cette solution efficace pour protéger l'emploi est difficile à mettre en place. Adeptes des 35 h, voire moins encore toujours pour les fonctionnaires, ils savent bien qu'il y aura encore des patrons pour travailler 80 h et plus par semaine afin de payer tout ce qu'ils leur demandent de façon exagérée et injuste.

Votre e-mail ne sera pas publié

Imich

16/03/2019 09h:22

Bonjour je suis entièrement d’accacord avec vous car moi même attisant du bâtiment et je ressent la même chose concernant la concurrence déloyale Et quand notre bilan annonce un résultat de zéro on ce réjouie de ne pas être en perte aussi je voudrais qu’on puisse revoir à la hausse les salaires du personnel du bâtiment bien souvent dénigré Merci à vous

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Date de parution : 02/2019

Voir

Isolation thermique durable des bâtiments existants

Isolation thermique durable des bâtiments existants

Date de parution : 12/2018

Voir

Le ravalement

Le ravalement

Date de parution : 12/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur