En direct

« Azay 2017 » : redonner de l’éclat à ce joyau du Val de Loire
Le château d'Azay le Rideau - © © M. Frémont - CRT Centre Val de Loire
Evénement

« Azay 2017 » : redonner de l’éclat à ce joyau du Val de Loire

Jean-Jacques Talpin. |  le 12/07/2013  |  BâtimentIndreFrance LoireTechnique

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Bâtiment
Indre
France
Loire
Technique
Valider

Proche de Tours, ville de départ de l’étape du tour de France du 12 juillet, Azay le Rideau est célèbre pour son château du 16ème et son parc créé au 19e. Le Centre des monuments nationaux a engagé un programme de travaux pour les réhabiliter.

Considéré comme « le joyau architectural le plus harmonieux du Val de Loire », le Château d’Azay le Rideau en Touraine accueille chaque année un peu plus de 300 000 visiteurs. Un chiffre honorable mais loin des grands sites comme Chambord ou Chenonceau. C’est pourquoi le Centre des monuments nationaux qui possède Azay a engagé un véritable programme de transformation de ce château construit au début du XVIe siècle, acheté et classé monument historique en 1905. « Azay 2017 » c’est une grande ambition qui vise à redonner ses lustres au domaine explique Chrystelle Laurent l’administratrice du domaine, nous avons un énorme potentiel touristique. Nous allons engager plusieurs chantiers avec la gageure de rester toujours ouvert au public »

Le premier chantier prêt à être lancé à l’automne pour au moins 18 mois de travaux porte sur la restauration du jardin d’un peu plus de 7 hectares. Arnaud de Saint-Jouan, architecte en chef des Monuments historiques a été missionné par le CMN pour réaliser les études historiques et techniques nécessaires à la restauration du jardin qui a été conçu au XIXe siècle. « Ce seront de gros travaux de terrassement, de réseaux électriques, d’arrosage automatique » détaille Chrystelle Laurent. L’un des chantiers les plus importants concerne les systèmes hydrauliques puisque le château est baigné par deux bras de l’Indre, un affluent de la Loire, avec comme objectifs de désenvaser les miroirs et de réhabiliter les berges de l’Indre. « Cela n’a pas été fait depuis le 19ème il y a urgence mais nous sommes très contraint par la loi sur l’eau » poursuit l’administratrice.

Réveiller « la belle endormie ! »

Les paysagistes prendront ensuite possession du parc pour créer de nouveaux jardins, abattre et planter des arbres. Tous ces travaux devraient permettre au château de concourir à l’image  de « Touraine jardin de la France » et de candidater au label « jardin remarquable ».

Parallèlement fin 2014 un chantier va être engagé pour restaurer  les toitures qui n’ont pas retouchées depuis un siècle avec pour mission de protéger les faîtages et épis de faîtage d’origine ainsi que la charpente datée de 1518-1519 et qui est présentée comme un modèle de « charpente Renaissance ». « Il y a des infiltrations note l’administratrice mais le château construit sur pilotis  est sain et sans désordres de structures ». D’autres chantiers vont s’échelonner d’ici à 2017 : le nettoyage de la façade pour éliminer les lichens et retrouver ainsi la blancheur du tuffeau ligérien, l’amélioration du réseau électrique, la reconstruction de boutiques et sanitaires tandis que des efforts vont être déployés sur l’aménagement intérieur et le mobilier. En 2017-2018 ce programme estimé autour de 20 millions d’euros devrait être achevé avec le souhait que cet investissement réveille « la belle endormie du val de Loire ».

 

A l'occasion de l'étape Saint-Pourçain-Sur-Sioule>Lyon du 13 juillet, découvrez les travaux du Musée du Chapeau de Chazelle-sur-Lyon.









Serge Dubreuil (Simon Matériaux, Saint-Août) : propriétaire et sergent

    

L'équipe de Simon Matériaux, dirigée par Serge Dubreuil
L'équipe de Simon Matériaux, dirigée par Serge Dubreuil - © BigMat




1924 ! S’il n’est ni le plus petit ni le plus grand des points de vente BigMat, celui de Saint-Août, dans l’Indre (36), pourrait bien être le doyen. Car c’est bien avec le négoce en matériaux qu’il démarre, et pas avec le bois et le charbon. Encore installé dans l’ancienne ferme qui l’a vu naître, il n’a pas bougé depuis les Années folles et porte toujours le nom de son fondateur, un certain monsieur Simon. Après bientôt 90 ans d’existence, tous consacrés au négoce en matériaux, ce point de vente, à l’enseigne de BigMat depuis 1999, fait donc partie du paysage local, et s’il a traversé bien des crises économiques, en particulier la fameuse crise de 1929, force est de constater qu’il a remarquablement bien résisté. Ainsi, il n’a changé de mains qu’à deux reprises : en 1984, lorsqu’il a été récupéré par monsieur Soulier et, en 2004, quand Serge Dubreuil l’a acheté à son tour, avec son terrain de 3000 m2, dont 800 à 900 m2 couverts, son libre-service de 200 m2 et ses trois camions.

Fils d’agriculteurs, une profession largement représentée parmi les clients du BigMat de Saint-Août (un peu d’élevage et beaucoup de céréales), Serge Dubreuil est un « pur produit local » : né à Saint-Août, scolarisé à Saint-Août, marié à Saint-Août, habitant de Saint-Août… il n’a jamais quitté son village natal. Autant dire que le Simon Matériaux de la route d’Issoudun, il le connaît depuis longtemps ! D’autant qu’après cinq années passées dans une scierie à La Châtre, il devient le chauffeur livreur du point de vente. Nous sommes en 1989 : Serge Dubreuil a vingt-trois ans, il connaît le propriétaire d’alors, monsieur Soulier, sait qu’il cherche un chauffeur-livreur, se présente et signe son contrat. C’est aussi simple que ça. De même, en 1995, quand le commercial en titre prend sa retraite, il accepte le poste que monsieur Soulier lui propose. Même si ces deux métiers, chauffeur et commercial, n’ont rien en commun. Quelques années plus tard, en 2004, quand monsieur Soulier décide de vendre cette agence un peu trop à l’écart des autres, Serge Dubreuil, qui en assure alors la gestion, l’achète. C’est aussi simple que ça ? « Je me suis posé beaucoup de questions et je ne dis pas que j’ai bien dormi toutes les nuits. » Sans doute, mais en huit ans, le chiffre d’affaires de ce « petit dépôt », installé dans une région qui a perdu plusieurs entreprises industrielles et une caserne abritant mille cinq cents militaires, augmente tout de même de 40 % et, avec six salariés seulement, il affiche une rentabilité bien plus qu’honorable.

Alors, quelle est la recette gagnante ? « Sans doute que, plus petits, nous sommes plus réactifs que la plupart de nos concurrents », lesquels ne manquent pas, même si le premier d’entre eux est installé à une bonne dizaine de kilomètres. Cependant, le plus important, c’est de donner une bonne image, de se bouger et de travailler. Evidemment, Serge Dubreuil connaît du monde à Saint-Août et nombre de ses clients sont aussi ses amis, parfois même depuis l’école primaire. Ceci pourrait-il expliquer cela ? Non, « tout le monde peut y arriver, il suffit d’aller vers les gens, d’aimer rendre service. »

Rendre service, Serge Dubreuil sait faire. Dans son village, qui compte 881 habitants, il s’implique au niveau communal durant deux mandatures, mais y renonce quand il devient le propriétaire du BigMat, afin d’éviter toute collusion d’intérêt. Entre 12 ans et 44 ans, il joue dans le club de foot local, qu’il sponsorise aujourd’hui, tout comme le club de rugby. Mais Serge Dubreuil est surtout, depuis 23 ans, l’un des quinze sapeurs-pompiers volontaires de Saint-Août. Un engagement auquel il n’est pas prêt de renoncer. Au mois de décembre dernier, il a été promu sergent et c’est le jour de la Sainte-Barbe, protectrice des pompiers, qu’il a reçu ses galons des mains du commandant du service départemental d’incendie et de secours, devant le monument aux Morts du village. Ainsi, quand la sirène retentit comme tous les pompiers volontaires de France, il lâche tout et tout le monde, petits et gros clients, et file à la caserne en courant. Il n’en tire aucune gloire : il rend service, c’est tout.

Marianne Tournier

Pour en savoir plus, venez découvrir le Tour de France des régions BigMat sur http://www.letourbigmat2013.fr



 Retour au Tour de France de la construction 2013

Commentaires

« Azay 2017 » : redonner de l’éclat à ce joyau du Val de Loire

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Initiation à l’architecture, à l’urbanisme et à la construction

Initiation à l’architecture, à l’urbanisme et à la construction

Date de parution : 08/2020

Voir

Accessibilité des bâtiments aux personnes handicapées

Accessibilité des bâtiments aux personnes handicapées

Date de parution : 08/2020

Voir

Montage d’une opération immobilière privée

Montage d’une opération immobilière privée

Date de parution : 07/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur