En direct

Avis partagés sur le choix des infrastructures du projet CDG Express

DEVIGE-STEWART Thierry |  le 13/02/2004  |  Seine-et-MarneVal-d'OiseYvelinesParisSeine-Saint-Denis

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Seine-et-Marne
Val-d'Oise
Yvelines
Paris
Seine-Saint-Denis
Val-de-Marne
Essonne
Hauts-de-Seine
Aménagement
Architecture
Valider

Le débat public sur le projet "CDG Express" de navette ferroviaire directe entre Paris et l'aéroport de Roissy s'est achevé sur un constat unanime quant à la nécessité d'améliorer cette liaison, mais des avis partagés sur les solutions.
"Ce qui se dégage clairement du débat, c'est qu'il faut améliorer la desserte ferroviaire de Roissy pour les passagers aériens mais qu'il faut aussi (...) améliorer les conditions de fonctionnement du RER B pour ses utilisateurs quotidiens", a indiqué la Commission nationale du débat public (CNDP) dans son bilan.
Mais si le besoin d'un service nouveau est reconnu par tous en raison de la saturation des autoroutes et des insuffisances du RER B, les avis sont partagés sur les infrastructures à mettre en place: "faut-il des rames dédiées aux passagers aériens ou un RER amélioré conviendrait-il?", s'est interrogée la CNDP, présidée par Yves Mansillon.
Le projet CDG-Express prévoit de relier Paris (gare de l'Est) à l'aéroport de Roissy, sans arrêt intermédiaire, en une quinzaine de minutes. Le maître d'ouvrage est Réseau Ferré de France (RFF), associé à Aéroports de Paris (ADP) et à la SNCF.

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil