En direct

Avec son Voyage, Nantes fait un nouveau pas de côté

Jean-Philippe Defawe (Bureau de Nantes du Moniteur) |  le 18/05/2018  |  CultureLoire-Atlantique

Les nouvelles œuvres du Voyage à Nantes ont été dévoilées. Ce parcours artistique dans l’espace public nantais renouvelé chaque année met en vedette le travail de l’artiste Philippe Ramette et, cette fois encore, plusieurs collectifs d’architectes avec des propositions toujours plus surprenantes.

Jean Blaise, chef d’orchestre de la manifestation, espère qu’elle s’inscrira de façon pérenne dans l’espace public aux côtés de toutes celles qui, au fil des éditions, sont venues enrichir cette collection unique. «Eloge du pas de côté», une sculpture en bronze de Philippe Ramette sera installée à partir du 30 juin sur la place du Bouffay, en plein centre-ville. L’artiste se représente lui-même en costume, jambes écartées et en équilibre sur un seul pied dans une posture défiant la gravité. La sculpture devient l’allégorie du pas de côté et rend hommage à l’audace de la ville. «On verra si Nantes accepte ce pas de côté» déclare Jean Blaise bien conscient que chaque année «certains citoyens regardent de travers les facéties des artistes intervenant dans l’espace public».

 

Perturbations

 

Sur le thème de l’éloge (de la transgression, de la paresse, de la discrétion, de l’adaptation, etc.) plusieurs autres œuvres de Philippe Ramette seront visibles dans différents endroits de la ville (cours Cambronne, passage Pommeraye, au château, etc.), ainsi qu’une exposition de photos dans le passage Sainte-Croix.

De nombreux autres artistes viendront perturber le quotidien des Nantais tel Michel Blazy qui, en collaboration avec le fontainier de la place Royale, joue avec la fontaine emblématique avec des dysfonctionnements aléatoires, des jets déviés, des débordements…

 

Les architectes à la manœuvre

 

Difficile de présenter ici toute la profusion de ce parcours qui sera, cette année encore, matérialisé par une ligne verte tracée au sol (principalement dans le centre-ville et sur l’île de Nantes). Mais citons toutefois quelques installations réalisées par des architectes nantais. Sur le toit-terrasse de l’école d’architecture, le collectif Block architectes rend un bel hommage à leurs collègues Lacaton et Vassal, concepteur du bâtiment avec l’installation BX Pallas. Somme de planchers, de rampes et de poteaux-poutres assemblés, ce bâtiment manifeste détourne la forme du parking pour y abriter des classes, des ateliers, des amphithéâtres… Aussi, comme un clin d’œil, l’installation se joue du toit comme espace de stationnement en attente de voiture. L’ajout de la caravane comme habitat minimum rejoint le thème des micros-architectures. Cette caravane en équilibre interviendra comme un signal, une enseigne qui invitera à découvrir l’exposition «Formes indexées» que le collectif présente à la galerie Loire de l’école. «Cette exposition nous montre comment construire une architecture à partir d’objets totems ou quotidien comme des tables Ikéa, des dalles de faux plafond ou des plaques de plâtre» explique Christian Dautel, directeur de l’école d’architecture.

Parmi les autres collectifs invités à cette édition du VAN, citons l’atelier Vecteur qui créera une terrasse sur le bassin Saint-Félix, Fiche qui aménage le bateau Ouch (qui propose de promenades sur l’Erdre), «Appelle-moi papa» qui a réalisé le playground «La colline» à la cantine du VAN… Sans compter tous les projets réalisés au fils des années précédentes par des architectes et devenus pérennes: le Feydball de Barré-Lambot, le toboggan géant du château de Tact Architectes et Tangui Robert, «On va marcher sur la lune» de Détroit Architectes avec Bruno Peinado, l’arbre à basket de l’agence rennaise a/LTA… Et enfin, tous les artistes ou architectes qui ont répondu à l’invitation de Pick-up production pour créer, durant 5 ans, une zone libre d’art et de culture sur le site des anciens abattoirs de Rezé, au sud de Nantes. A partir du 1er juillet, une étrange cité va se dessiner et évoluer au fil des ans. Un espace curieux, exotique, étonnant. Un lieu qui s’inventera chaque jour grâce à des artistes, des architectes et des scénographes qui s’exprimeront à ciel ouvert. Pour sa première saison, musiques, spectacles de rue et de cirque, arts forains et visuels se mêleront aux loisirs populaires, à des espaces de prise de parole, des chantiers participatifs et des rendez-vous familiaux.

Très attendu, le projet n’a pas encore été dévoilé au public. Seules quelques images ont été montrées par Nicolas Reverdito, directeur de Pick-up, lors d’une récente soirée sur les friches culturelles organisée par les Urbanautes associées à la carrière Misery, autre friche investie par la culture urbaine jusqu’au 30 mai… avant de passer le relais au Voyage à Nantes pour l’été.

 

Commentaires

Avec son Voyage, Nantes fait un nouveau pas de côté

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur

Code pratique du patrimoine et de l’intervention sur le bâti existant

Code pratique du patrimoine et de l’intervention sur le bâti existant

Livre

Prix : 75.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX