En direct

" Avec l'émergence des villes 30, le vélo change d'échelle"

Propos recueillis par Laurent Miguet |  le 18/05/2010  |  ArchitectureAménagementMobilité

Patrice Nogues, membre de la « La Vie à Vélo », association affiliée à la Fédération française des Usagers de la Bicyclette (FUBicy), donne son avis.

La systématisation des doubles sens cyclables dans les zones 30 apporte-t-elle une avancée décisive pour les déplacements à bicyclette en ville ?
Cette réglementation amorce un changement d'échelle. Les zones 30 ont en effet vocation à couvrir l'ensemble des quartiers comme l'impose la loi sur l'air lors de la rénovation des voies étroites : ce qui était exception va ainsi devenir la règle.
A la différence des schémas cyclables classiques, la ville 30 devient entièrement accessible avec ses quartiers apaisés, munis de doubles sens cyclables, et ses aménagements cyclables spécifiques sur les axes restés limités à 50 km/h. Les aménagements peuvent y gagner en simplicité : les feux et les stops ne s'imposent plus forcément, ni même les pistes séparées pour les vélos.

L'ingénierie française est-elle prête à aller dans ce sens ?
Outre le décret du 30 juillet 2008, issu de la démarche « code de la rue », à laquelle les associations de cyclistes ont participé activement, le Certu a produit de remarquables fiches synthétiques sur les différentes zones de circulation apaisée, et sur la manière de les articuler pour obtenir une hiérarchisation cohérente des espaces urbains. Mais il faut regretter le manque de diffusion de ces documents, notamment dans les petites villes. Le déficit d'information se révèle encore plus criant dans l'ingénierie privée : nombre de bureaux d'études ignorent la loi sur l'air et le décret « code de la rue », et continuent à concevoir la voirie selon leurs habitudes antérieures, c'est-à-dire sans prise en compte des cyclistes.

Au-delà des centres-villes, quels aménagements préconisez-vous pour faciliter les déplacements cyclables ?
En zones périurbaines ou rurales, les problèmes concernent les lignes blanches infranchissables et les murets centraux qui obligent les voitures à frôler les vélos ou à rester derrière. Si la systématisation de liaisons cyclables dans les espaces ruraux semble difficile, une solution simple à court terme serait de limiter la vitesse à 70 km/h sur les routes de campagne. Mais de simples panneaux ne suffiront pas, et il faudra trouver de nouveaux types d'aménagements.

Commentaires

" Avec l'émergence des villes 30, le vélo change d'échelle"

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur