Entrepreneurs

Avec Ecodrop, les déchets de chantier évacués en trois clics

Mots clés : Artisanat - Coûts et prix - Gestion des chantiers - Gestion des déchets - Lieux de travail

Pour faciliter la gestion des déchets, la start-up francilienne Ecodrop propose deux services aux artisans d’Ile-de-France : le dépôt en déchèterie proche à tarifs avantageux et la collecte de déchets sur chantier.

 

 

L’origine

 

Que faire des déchets de chantier, sinon s’en débarrasser à l’abri des regards, sur un trottoir ou dans une décharge sauvage ? La start-up francilienne Ecodrop a imaginé un système pour les artisans du bâtiment. « Il existe de nombreux points de collecte et des solutions en matière de déchets, mais l’information n’est pas organisée pour atteindre les artisans », constate Marie Combarieu, présidente d’Ecodrop.

Ancienne responsable de marketing digital d’Isover, passionnée d’économie circulaire, elle s’est mise en tête de responsabiliser simplement les artisans grâce à une solution digitale. En novembre 2017, la société a ainsi automatisé son dispositif avec 40 points de collecte en Ile-de-France.

 

La solution

 

L’artisan télécharge gratuitement – et sans abonnement – l’application à partir de laquelle il peut identifier les déchèteries situées dans un rayon de 10 km autour de son chantier, puis comparer à la fois les distances et les prix. « Même s’il n’aura pas les tarifs d’une grosse entreprise habituée à un point de collecte, l’artisan bénéficie d’un prix inférieur de 15 % par rapport à un nouveau venu », poursuit Marie Combarieu. Ainsi, la tonne de déchet industriel banal (DIB) s’affiche à partir de 98 € et celle des déchets inertes à partir de 12 €. « L’artisan se rend sur place avec son code client Ecodrop et paie en carte bancaire via l’appli sécurisée. Il peut ainsi envoyer n’importe quel salarié sans lui confier un moyen de paiement ».

Une autre solution consiste à faire appel à l’un des 350 transporteurs de la grande couronne parisienne du réseau tissé par Ecodrop. Deux clics sur smartphone suffisent pour commander une collecte. Deux heures plus tard, selon les horaires des déchèteries, le transporteur récupère les sacs à gravats achetés auparavant, d’environ 35 kg chacun. « Ils peuvent être portés par n’importe quel salarié, qui les dépose lorsqu’il est prévenu par un SMS de l’approche du transporteur », précise la présidente d’Ecodrop. Comment estimer le poids réel ? Le prix est évalué par un algorithme, qui détermine le prix de la prestation et le coût du dépôt en déchèterie.

 

L’avenir

 

Ce coût peut être plus facilement expliqué aux clients particuliers grâce au label de responsabilité remis à chaque entreprise utilisatrice d’Ecodrop. La société ne travaille qu’avec des installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE), dont des dépôts gratuits chez Pum Plastiques pour le recyclage de PVC.

Aujourd’hui, la base de données de cette jeune entreprise innovante comprend déjà un millier d’artisans, dont 250 utilisateurs réguliers sur Paris et la petite couronne. La formule va être étendue à Lyon (Rhône) sous peu et, à Lille (Nord) d’ici à la fin de l’année, avant d’autres extensions en 2019. Désormais, il deviendra un peu plus compliqué de justifier le mélange de plastiques, de plâtre et d’isolants abandonnés discrètement en pleine forêt !

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X