En direct

AUTOROUTES Les bonnes surprises de l'A14

JEAN-MICHEL GRADT |  le 07/02/1997  |  transportYvelinesTransports mécaniques

Avec une fréquentation quotidienne moyenne de 14 000 véhicules (dont 2 200 en covoiturage), le trafic constaté depuis l'ouverture de l'A14 (Nanterre-Orgeval), la première autoroute à péage de l'Ile-de-France, surprend... jusqu'à ses concepteurs. En effet, les calculs prévisionnels effectués par la SAPN (Société de l'autoroute Paris-Normandie), concessionnaire de l'ouvrage, tablaient bien sur une fréquentation de 15 000 véhicules/jour. Mais seulement à la fin de 1997, première année d'exploitation et 30 000 véhicules sont prévus en 1998. Les raisons de ce succès ? « Depuis l'entrée en service de l'A14, je peux dormir une heure de plus tous les matins grâce au temps gagné sur le parcours », reconnaissait, le 22 janvier, à la Maison de la photographie (1), lors d'une table ronde consacrée aux autoroutes, un des nouveaux aficionados de l'A14, qui n'est autre que le député-maire de Poissy, Jacques Masdeu-Arus.

Un gain de temps que d'autres transporteurs apprécient en se rappelant « l'asphyxie » que vivait Poissy (qui accueille un site de fabrication PSA) avant l'ouverture de l'autoroute. Séduit par la formule, le député-maire a déposé un projet de loi qui vise à faire participer les entreprises aux péages des autoroutes urbaines.

Deux échangeurs pourraient voir le jour

Séduisante, l'A14 sera- t-elle pour autant économiquement viable ? La DUP de février 1991 avait pris acte de la suppression de l'échangeur de Saint-Germain voulue par les opposants au projet et décidée en mai 1990. S'ils le regrettent aujourd'hui- ce qui semble être le cas -, les habitants de Saint-Germain-en-Laye (où réside une forte proportion de cadres) pourront bientôt accéder tout de même à l'A14 grâce à l'échangeur de Poissy qui a été déclaré d'utilité publique et à celui de Montesson pour lequel la concertation avec les collectivités locales est en cours.

(1) Une autre table ronde, organisée par les Cahiers de médiologie, se tiendra le 26 février à la Maison de la photographie. Thème : « La route comme symbole ».

Commentaires

AUTOROUTES Les bonnes surprises de l'A14

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur