En direct

Autoroutes et vicinales

Par Fabien Renou, rédacteur en chef |  le 23/03/2018  |  TransportBas-RhinGirondeIlle-et-VilaineNord

La semaine dernière, sur la Croisette, c'était strass et maquettes. Au Mipim, grandes villes européennes mais aussi françaises se paraient de leurs plus beaux atours. Il faut dire que le dynamisme immobilier de nos métropoles régionales porte l'activité de la construction. Les chantiers fourmillent à Lyon, Lille, Strasbourg, Bordeaux, Rennes… Une géographie calquée sur les réseaux autoroutiers, aéroportuaires et ferrés.

Mais, entre les gares TGV, d'immenses territoires se contentent de regarder passer les trains. Et les grues. Car la reprise actuelle ignore superbement certaines zones reculées.

Paris et le désert français, c'est fini. Désormais, un archipel de centres urbains dynamiques se trouve entouré d'un océan qui se vide. Une fracture en a remplacé une autre.

Un archipel de centres urbains dynamiques se trouve entouré d'un océan qui se vide.

Les racines de la métropolisation sont profondes et anciennes. Le « Président des villes » et son gouvernement n'y sont pour rien. En revanche, il paraît bien difficile de savoir si les dangers du décrochage rural sont pris au sérieux en haut lieu, tant les signaux envoyés paraissent contradictoires. D'un côté, un plan de revitalisation des villes moyennes est lancé, de l'autre le coup de rabot sur les aides à la pierre cible les zones déten dues. De même, la non-fermeture des lignes secondaires de la SNCF ressemble davantage à un sursis qu'à un sauvetage.

Ce sont les infrastructures qui ont permis la transformation des métropoles en nœuds de communication vibrionnants. Ce sont également elles qui ont le pouvoir d'innerver le monde rural. A ce titre, l'avancée du plan France très haut débit est salutaire. De même, la loi sur les mobilités devrait aider au désenclavement des zones isolées. Autant d'initiatives heureuses décidées par Paris.

Reste à savoir si ces territoires en déprise pourront suivre financièrement. Certes, le passage de limitation de vitesse à 80 km/h fait rager dans les campagnes, mais la capacité d'entretenir les routes départementales et communales apparaît autrement plus cruciale pour leur avenir.

PHOTO - 12085_740648_k2_k1_1759706.jpg
PHOTO - 12085_740648_k2_k1_1759706.jpg

Commentaires

Autoroutes et vicinales

Votre e-mail ne sera pas publié

Librairie du Moniteur

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX