En direct

Automatismes et bus : pour réduire les ouvrages et améliorer l’exploitation

PASCAL POGGI |  le 01/09/2007

Pour le contrôle-commande et l’exploitation de l’installation de traitement d’air de cet immeuble tertiaire, Crystal a choisi le bus de terrain MP-Bus de Belimo et remplacé une bonne partie des relais des armoires électriques par des automatismes.

Sur les toits de ce bâtiment de 35 000 m² SHON (surface hors œuvre nette), construit par la Semiic à Noisy-le-Grand pour le ministère de l’Economie et des Finances, on trouve quatre groupes de production d’eau glacée Powerciat pour les besoins de la climatisation, 14 CTA (centrales de traitement d’air) pour le chauffage et la climatisation des bureaux, et trois autres pour le traitement spécifique de salles de réunion et de formation. La puissance électrique souscrite totale est de 6 400 kVA, plus 1 200 kVA pour le restaurant d’entreprise.

Pour Crystal, entreprise chargée de l’installation de climatisation et de ventilation, le contrôle-commande, la supervision et l’exploitation de cet ensemble appelaient un soin particulier. Jean-Claude Colle a conçu l’installation d’automatisme et assure son démarrage. Il a depuis longtemps réfléchi à ces questions, notamment à la manière dont on peut réduire les coûts d’installation, tout en augmentant les fonctions utiles pour les équipes de maintenance. Au fil des années, il a développé sa méthode et profondément modifié l’équipement des armoires de régulation posées par Crystal. Dans ce bâtiment, qui constitue le dernier chantier de sa carrière, son approche technique repose sur trois éléments : remplacer des traditionnels relais par des boîtiers d’affichage spécialement modifiés, utiliser le bus de terrain MP-Bus de Belimo, et organiser strictement et de façon ultra-rationnelle les armoires.

Faciliter les repérages

Ces armoires électriques – qui rassemblent alimentation, variation de fréquence, régulation et automatismes – sont toujours construites de la même façon pour que les opérateurs de maintenance prennent leurs marques facilement. Tout est étiqueté, les câbles sont repérés… Mais surtout l’organisation des armoires permet de distinguer facilement les organes d’alimentation, de pilotage et de contrôle de chaque CTA et groupe froid commandé. L’armoire est toujours construite par bandes horizontales pour les automatismes. A chaque rang correspond une CTA avec son automate, les diverses protections, relais et alimentation électriques correspondants. Dans le cas des armoires de variation de fréquence, pour des raisons d’encombrement, l’organisation est verticale, tout comme dans les armoires d’alimentation électrique. Mais à chaque fois le principe est [...]

Cet article est réservé aux abonnés Journal du Chauffage, abonnez-vous ou connectez-vous pour lire l’intégralité de l’article.

Déjà abonné

Saisissez vos identifiants

Mot de passe oublié ?
Se connecter

Pas encore abonné

En vous abonnant au Moniteur, vous bénéficiez de :

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index

Commentaires

Automatismes et bus : pour réduire les ouvrages et améliorer l’exploitation

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur