En direct

Augmentations minimes et ciblées

EMMANUELLE N'HAUX |  le 29/01/2010  |  ImmobilierEntreprisesFormationRéglementationDroit du travail

Les augmentations de salaires seront faibles cette année. Les entreprises devraient maintenir leurs efforts sur les rémunérations variables.

Déjà l'an passé, les progressions salariales marquaient le pas dans le BTP. Après cinq années d'augmentation à plus de 3 %, le niveau moyen était redescendu à 2,5 %. En 2010, les DRH et patrons d'entreprises interrogés dans le cadre de notre sondage affichent une prudence encore plus grande. « Nous tablons sur une inflation basse, inférieure à 1 %. Le niveau global d'augmentation sera moindre cette année, sans doute autour de 1,5 %, du fait d'une inflation quasi nulle et des effets de la crise que nous ressentons aujourd'hui », illustre Jean-Manuel Soussan, directeur du développement des ressources humaines de Bouygues Construction.

Une prudence de mise au sein de l'ensemble du secteur. Franck Mougin, DRH du groupe Vinci, résume bien l'atmosphère qui règne au sein des grandes entreprises : « Entre une orientation emploi ou rémunération, nous avons opté pour le maintien de l'emploi. »
En termes de recrutements, les prévisions sont elles aussi à la baisse. L'an passé déjà, 60 % des entreprises sondées déclaraient qu'elles recruteraient moins. Cette année, 84 % d'entre elles pensent embaucher autant ou moins qu'en 2009. « Nous avons recruté plus de 200 collaborateurs l'an dernier, y compris quelques CDD, indique Sébastien Botin, vice-président pour les ressources humaines de SNC Lavalin. Cette année, priorité est donnée à la mobilité interne au niveau national, voire européen. Pour cela, nous allons améliorer la visibilité des postes internes et mieux accompagner nos collaborateurs dans leur mobilité géographique. »
Des politiques de mobilité qui se font jour dans bien des entreprises. « Pour les chantiers de travaux publics, nos équipes doivent davantage être mobiles pour aller faire le travail là où il est. Aussi, nous accompagnons cette mobilité, via le 1 % logement et des indemnités de grands déplacements. Les efforts sont généralement récompensés par le versement de primes exceptionnelles en fin de chantier ou d'année », précise Emmanuel Wurms, directeur du développement des ressources humaines de l'entreprise Demathieu & Bard. Une tension sur l'emploi qui se fait directement ressentir sur le niveau de turnover dans les entreprises, en chute libre depuis quelques mois.

Rémunérations individualisées

Dans ce contexte tendu, l'individualisation des rémunérations sera, plus que jamais, de mise. « Depuis cinq ans, nous avons eu une politique salariale volontariste, à plus de 3 points au-dessus de l'inflation. Cette année, nous marquons une pause, en privilégiant exclusivement les bas salaires, les promotions et les ajustements de salaires », indique Philippe Tournier, DRH du groupe Colas.
Et chacun ira vers ses priorités : jeunes cadres, seniors, parité hommes-femmes. sans oublier les fonctions clefs ! « Plutôt que faire du saupoudrage, nous allons adapter notre politique de rémunération en la ciblant sur les compétences indispensables au développement de l'entreprise », souligne Cécile Chatendeau, DRH du groupe Balas, spécialisé dans les métiers du génie climatique, de la couverture et de la plomberie. Un avis partagé par Loïc Héaulme, directeur des ressources humaines de la Sade : « Les augmentations individuelles seront concentrées sur certains publics comme les jeunes et sur certaines filières comme l'encadrement de travaux. »
Seuls les jeunes diplômés devraient ressentir les effets de cette rigueur salariale. Pour la première fois cette année, d'après notre sondage, le salaire moyen d'un ingénieur travaux débutant se situe en léger retrait par rapport à l'an passé.

Les primes restent de mise

Sur la partie « primes », les entreprises devraient maintenir leurs efforts. « Les primes sont directement liées à l'activité économique. Les résultats 2009, que nous attendons, devraient être assez bons. Si c'est le cas, nous maintiendrons le niveau des primes versées l'an passé », indique Franck Mougin. Selon les entreprises, la part variable peut revêtir différentes formes : totalement individuelle ou un mixte de collectif et de variable, comme c'est le cas chez Spie. « Tous nos cadres, ayant un an d'ancienneté, bénéficient d'un système de prime basé sur de la performance collective et individuelle. Les primes peuvent aller de 0 à 20 % de leur rémunération », explique François de Dreuzy.
A la Sade, les primes distribuées aux cadres comprennent un plancher. « Le plancher est généralement fixé à 1,7 mois et nous pouvons donner des gratifications supérieures selon les résultats et les performances individuelles », détaille Loïc Héaulme. Plus que jamais, les primes seront cette année un excellent moyen de récompenser les performances sans alourdir la masse salariale. -

PHOTO - 284327.BR.jpg
PHOTO - 284327.BR.jpg
Bilan retraite : un outil pour bien préparer son départ

Quand pourrais-je partir en retraite ? Quel sera le montant de ma pension ? Autant de questions auxquelles le bilan retraite apporte des réponses. « Avant la crise, les entreprises utilisaient le bilan retraite pour animer leur politique sociale. Aujourd'hui, elles le déclenchent davantage dans le cadre des plans seniors, car cet outil entre dans les exigences de mesure des plans mis en œuvre », analyse Pierre Péchery, directeur général de France Retraite. Concrètement, le bilan retraite s'apparente à une reconstitution de carrières améliorée. Non seulement, il permet de mettre à jour d'éventuels « blancs » dans une carrière (non prise en compte de périodes de stages pour le calcul des trimestres, problème des poly-pensionnés.) et de les combler mais également d'évaluer une date de départ à taux plein, un montant de pension net et de faire des projections de pension en cas de prolongation de carrière. En d'autres termes, de bien préparer son départ.

%%GALLERIE_PHOTO:0%% %%GALLERIE_PHOTO:0%% %%GALLERIE_PHOTO:0%% %%GALLERIE_PHOTO:0%%

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Batiprix Bordereau 2019 - 36 ème édition

Batiprix Bordereau 2019 - 36 ème édition

Livre

Prix : 98.00 €

Auteur : Groupe Moniteur

Voir

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur