En direct

Au Simi, l’Anru annonce avoir co-financé ses trois premiers projets économiques
Vue du projet calaisien, l'un des trois premiers du programme de co-investissement de l'Anru. - © © Mélanie Laheye - Ville de Calais.

Au Simi, l’Anru annonce avoir co-financé ses trois premiers projets économiques

Barbara Kiraly |  le 06/12/2017  |  ArchitectureAménagementBouches-du-RhôneNordAnru

C’est une ambition forte de l’Agence nationale de la rénovation urbaine : co-financer des projets économiques dans les quartiers aux côtés d’investisseurs privés. Trois premiers projets ont été bouclés à Lille, Calais et Marseille a annoncé l’Anru dans le cadre du Simi, ce 6 décembre.

La pompe est amorcée. Le fonds de co-investissement de l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (Anru), lancé en début d’année 2017 a investi dans ses trois premiers projets à Calais, Marseille et Lille. L’objectif de l’agence vise à co-financer des projets économiques dans les quartiers prioritaires de la ville (QPV) aux côtés d’investisseurs privés. « Nous souhaitons multiplier ce type d’opérations, entre 50 et 100 projets sont à l’étude », indique Nicolas Grivel, directeur général de l’Anru, ce 6 décembre dans le cadre du Simi à Paris.

Ce fonds d’investissement est doté de 200 millions d’euros sur 15 ans. Avec l’effet de levier, le fonds de l’Anru peut générer jusqu’à 1 milliard d’investissements selon les calculs de l’Agence. A chaque fois, l’Anru restera minoritaire et co-financera des actifs « situés dans les quartiers prioritaires de la ville, à développer ou à restructurer, et qui permettent d’héberger l’activité des entreprises de ces territoires ou de faire venir des entreprises sur le site, afin de créer de la mixité fonctionnelle », explique Corinne Bertone, directrice du fonds de co-investissement.

 

Projets de 10 à 15 millions d’euros

 

« En moyenne, nous investirons dans des opérations de 10 à 15 millions d’euros, où nous avons vocation à rester minoritaire », poursuit Corinne Bertone. La directrice ne s’empêchera pas d’investir dans des projets de plus petite envergure, mais elle réfléchit « à la création d’une foncière capable de les porter ». Elle est à la recherche de plusieurs types d’actifs, comme des résidences de services, des fablabs, des espaces de co-working, des centres commerciaux, etc.

A Marseille, l’Anru a co-financé le développement d’un immeuble de bureau en blanc de 2 800 m² aux côtés de l’OPCI grand public géré par Groupama Gan. A Calais, le co-investissement porte sur une résidence de services seniors « Le Fil de Soie » aux côtés de la SCI JMF Conseil et de la CDC.

A Lille enfin, le fonds a été séduit par Lillenium, un programme mixte constitué d’un centre commercial, d’espaces culturels, de bureaux et d’un hôtel. A ses côtés, trois investisseurs : la CDC, le promoteur Vicity  et la foncière de l’Erable.

Commentaires

Au Simi, l’Anru annonce avoir co-financé ses trois premiers projets économiques

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX