En direct

Au secours, le « gang des grilles pains » revient

Cler, RAC-F, et les amis de la terre, Greenpeace, WWF |  le 27/04/2009  |  Produits et matérielsRéglementation techniqueEquipementEnergies renouvelablesFrance entière

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Energie
Produits et matériels
Réglementation technique
Equipement
Energies renouvelables
France entière
Paris
Technique
Valider

A l'heure de l'élaboration de la nouvelle réglementation thermique RT 2012, le Comité de Liaison Energies Renouvelables, Reseau Action Climat -France, Greenpeace,WWF et les amis de la terre pointent du doigt le lobbying de ceux qu'ils nomment le « gang des grilles pain », autrement dit les défenseurs du chauffage électrique.

Suite à l'adoption il y a plus de 6 mois par l'Assemblée Nationale du fameux article 4 de la loi Grenelle 1 sur la nouvelle réglementation thermique dans le bâtiment, les manœuvres vont bon train pour tenter de vider de sa substance le compromis obtenu sur intervention de Jean-Louis Borloo en personne.
L'administration et certains lobbies se mobilisent aujourd'hui pour trouver le moyen de contourner l'obligation de fixer « un seuil ambitieux de besoin maximal en énergie de chauffage des bâtiments [pouvant] être modulé en fonction de la localisation, des caractéristiques et de l'usage des bâtiments ». Indépendante du système de chauffage choisi, cette nouvelle approche met à égalité de traitement toutes les filières, qui seront donc jugées à l'aune de leurs performances intrinsèques et de leurs impacts réels sur l'environnement.

Mais le « gang des grilles pains » ne l'entend pas de cette oreille. Les défenseurs acharnés de la position largement dominante d'EDF et des fabricants de convecteurs et autres cumulus électriques totalement obsolètes tentent par tous les moyens de revenir sur cette disposition. Or le chauffage électrique par convecteurs « grille-pain », qui a équipé en 2007 près de 80% des logements neufs est particulièrement inefficace.
En effet, le nucléaire ne pouvant suffire en période de pointe de consommation, il faut faire appel aux énergies fossiles : émetteur en moyenne de 220 g de CO2 par kWh, soit autant qu'une chaudière à condensation au gaz naturel (ce que reconnaît EDF), le chauffage électrique peut monter jusqu'à 600, voire 800 et dans certains cas 1 000 g de CO2 par kWh ! De plus, du point de vue de la pure efficacité énergétique, c'est un véritable gâchis que de faire de la chaleur avec de l'électricité. Certains moyens sont bien plus intelligents et efficaces pour utiliser l'électricité pour chauffer locaux et eau sanitaire, comme les pompes à chaleur sur air sortant des systèmes de ventilation qui pourront équiper demain tous les « bâtiments à basse consommation ».

C'est justement sur un déshabillage en règle de ce label « BBC » porté par l'association Effinergie et censée devenir la nouvelle norme, que se concentrent tous les efforts du « gang des grille-pain », qui n'hésite pas à utiliser tous les moyens de pression pour faire céder Effinergie, y compris la menace d'exclusion de l'éco-PTZ et du crédit d'impôt.
Les propositions actuelles de l'administration consistant à utiliser la pose de panneaux photovoltaïques pour compenser des performances au rabais qui profiteront exclusivement à la filière électrique sont clairement inacceptables. Si elles sont maintenues en l'état lors de la première réunion ce mercredi 29 avril à Paris du groupe de travail « équilibre entre les filières » dans le cadre de la préparation de la nouvelle réglementation thermique, on aura la preuve que seuls les intérêts égoïstes de certaines corporations et certaines industries sont prises en compte.

On saura surtout que sur le sujet si sensible de l'énergie et du climat, la fameuse « gouvernance à cinq », qui a été la grande innovation du Grenelle de l'environnement saluée par tout le monde n'aura pas fait long feu. On sera alors revenu à la case départ, au détriment de l'environnement mais aussi des consommateurs qui resteront prisonniers d'un mode de chauffage archaïque, polluant et à la facture particulièrement lourde.

Commentaires

Au secours, le « gang des grilles pains » revient

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

L’assainissement-démantèlement des installations nucléaires

L’assainissement-démantèlement des installations nucléaires

Date de parution : 04/2018

Voir

Montage et exploitation d’un projet éolien

Montage et exploitation d’un projet éolien

Date de parution : 05/2016

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur