Au deuxième trimestre 2020, l'activité des artisans chute de 24 %
Hand of man working plastering on wall - © ©sawitreelyaon - stock.adobe.com

Au deuxième trimestre 2020, l'activité des artisans chute de 24 %

Pierre Pichère |  le 16/07/2020  |  NégoceConjonctureVie du BTPCapebFrance

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Artisans
Négoce
Conjoncture
Vie du BTP
Capeb
France
Valider

La note trimestrielle de conjoncture de la Capeb, présentée par le nouveau président Jean-Christophe Repon, laisse entrevoir une situation incertaine pour l'artisanat en 2020.

Durant le confinement, les chiffres de l'Insee laissaient entrevoir un secteur de la construction presque totalement à l'arrêt. Les chiffres de l'artisanat présentés par le président de la Capeb Jean-Christophe Repon laissent apparaître un recul de 24 % de l'activité des artisans au deuxième trimestre 2020. Une chute importante, inédite depuis 1945, mais bien moindre que celle des grands chantiers. "L'activité en zone rurale a été moins touchée", précise Jean-Christophe Repon, l'Ile-de-France chutant de 30 %. Le neuf a baissé de 22 %, et la rénovation de 25 %.

Reprise partielle

La reprise d'activité, mesurée à fin juin, reste partielle, les entreprises artisanales se déclarant à 85 % de leurs capacités de production en moyenne. Les trois principaux freins à la reprise mentionnés par les artisans sont les difficultés d'approvisionnement (31 %), le refus des clients particuliers d'envisager des travaux (20 %) et les mesures de sécurité à mettre en place (15 %).  Les difficultés d'approvisionnement portent principalement sur les produits importés, notamment le carrelage, la climatisation et certaines pièces pour les installations de chauffage.

Incertitudes

En termes de prévisions, la Capeb ne se hasarde pas à une prévision pour 2020, mais envisage une année entre -15 et -20 % pour les artisans. Les carnets de commande ont chuté à 65 jours (contre 75 début janvier) , et les incertitudes économiques s'accumulent pour les 3e et 4e trimestres. Côté indicateurs, les besoins de trésorerie restent constants (les aides de l'Etat ayant joué leur rôle d'amortisseur), mais les intentions d'investissement chutent de 18 à 1 % des entreprises. Un marqueur d'inquiétude, à suivre de près à la rentrée. "S'il n'y a pas de reprise d'activité à la rentrée, la sortie du PGE va être très compliquée pour les entreprises", alerte Jean-Christophe Repon, vigilant sur les risques de défaillance d'entreprises.



Commentaires

Au deuxième trimestre 2020, l'activité des artisans chute de 24 %

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Initiation à l’architecture, à l’urbanisme et à la construction

Initiation à l’architecture, à l’urbanisme et à la construction

Date de parution : 08/2020

Voir

Accessibilité des bâtiments aux personnes handicapées

Accessibilité des bâtiments aux personnes handicapées

Date de parution : 08/2020

Voir

Handicap et construction

Handicap et construction

Date de parution : 07/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur