En direct

Au congrès HLM, Julien Denormandie sous les huées
Julien Denormandie, sur la scène du congrés de l'USH, jeudi 28 septembre. - © © Fédération des ESH

Au congrès HLM, Julien Denormandie sous les huées

Barbara Kiraly et Fabien Renou |  le 28/09/2017  |  ImmobilierBas-RhinLogement social

Venu à Strasbourg conclure le congrès de l'Union social pour l'habitat, le secrétaire d'Etat à la Cohésion des territoires a été accueilli sous les sifflets et les quolibets. Chauffée à blanc par la question des APL, une partie de l'assistance a quitté la salle.

Strasbourg réserve décidément un accueil bien difficile aux ministres du Logement. Déjà en 2010, les participants du congrès HLM avaient chahuté le ministre d'alors, Benoist Apparu. En cause déjà, le projet de Loi de Finances de l’époque, qui prévoyait de prélever 340 millions d’euros par an sur trois ans…  Aujourd’hui, la ponction est énorme : 1,7 milliard d’APL en moins. Et c’était à Julien Denormandie qu’il revenait de subir la bronca.

Pendant trois jours de congrès, la baisse des APL et celle, symétrique, des loyers des bailleurs sociaux, étaient au cœur des débats. Quelques minutes avant l’arrivée du secrétaire d’Etat à la Cohésion des territoires à la tribune ce jeudi, Jean-Louis Dumont, président de l’USH, a réclamé le « retrait immédiat » des mesures gouvernementales. Une résolution votée, fait rarissime, à l’unanimité. C’est peu dire que la salle était chauffée à blanc.

Des congressistes accueillant Julien Denormandie, au Congrés de l'USH, à Strasbourg, le 28 septembre.
Des congressistes accueillant Julien Denormandie, au Congrés de l'USH, à Strasbourg, le 28 septembre.

Julien Denormandie, au gouvernement depuis trois mois, a donc été accueilli par un concert de sifflets et des appels à la démission. Interrompu très régulièrement par les huées, il s’est livré, malgré tout, à une difficile explication de texte. Insuffisant pour convaincre. Au bout de quelques minutes, une partie des représentants d’organismes HLM (directeurs généraux, directeurs de la maîtrise d’ouvrage, etc.) ont quitté la salle pour signifier leur opposition définitive à la stratégie du gouvernement.

« Le ministre n’a pas le charisme, ses propos sont provocateurs, il reste dans une logique financière, nous avons besoin d’un autre interlocuteur, capable de tenir ses dossiers », lance en sortant Laurent Kohler, directeur général de la société coopérative habitat de l’Ill. « L’intervention du ministre n’est intellectuellement pas au niveau, il a fait preuve de malhonnêteté intellectuelle et d’une méconnaissance totale du secteur, abonde le directeur général d’un organisme parisien. C’est désolant d’incompétence. »

Dans son discours, le secrétaire d’Etat a indiqué vouloir réduire les aides à la personne au profit des aides à la construction. « Sur le principe je suis d’accord, mais il nous faut beaucoup d’aides à la pierre, tranche Marie-Noëlle Lienemann, présidente de la fédération des coopératives HLM. Avec cette stratégie, le gouvernement n’entend pas refonder le modèle social, il veut régler les fins de mois de l’Etat. »

Car dans les territoires, la baisse de l’APL et des loyers dans le parc social aura des conséquences rapides. « En Alsace, 3 000 logements sociaux sont produis chaque année, évalue Denis Rambaud, président de la fédération nationale des associations régionales (Fnar). En 2018, nous en programmerons entre 500 et 600. Si on enlève des fonds propres aux bailleurs sociaux, ils ne construisent pas. »

La salle, en partie vide, à la fin du discours de Julien Denormandie.
La salle, en partie vide, à la fin du discours de Julien Denormandie.

Après la théâtralité du Congrès HLM, viendra le temps des débats parlementaires. « Tous les organismes HLM, les élus, etc. contacteront leurs députés et leurs sénateurs pour les sensibiliser et faire en sorte que le rapport de force continue », lance Marie-Noelle Lienemann. Même son de cloche du côté de la fédération des entreprises sociales pour l’habitat (ESH). « Même si je partage l’objectif initial qui consiste à faire baisser le coût du logement, la mesure du gouvernement est en l’état mortifère pour les HLM et la sécurisation du logement en France » indique la présidente Valérie Fournier. Comme les autres responsables du mouvement HLM, elle proposera des solutions alternatives. « Je suis un outil de service public. Il faudra bien qu’un jour, je sois d’accord avec le gouvernement. »

Commentaires

Au congrès HLM, Julien Denormandie sous les huées

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Hors-série Le Moniteur - Annuel Immobilier 2019

Hors-série Le Moniteur - Annuel Immobilier 2019

Presse - Vente au n°

Prix : 35.00 €

Voir

Batiprix Bordereau 2019 - 36 ème édition

Batiprix Bordereau 2019 - 36 ème édition

Livre

Prix : 98.00 €

Auteur : Groupe Moniteur

Voir

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur