Industrie/Négoce

Au CES, Bosch veut connecter la ville [CES 2018]

Mots clés : Air

 A l’occasion du Consummer Electronic Show, qui se tient jusqu’au 12 janvier à Las Vegas, le groupe Bosch a choisi de mettre en avant ses activités liées à la ville connectée. Une stratégie symbolisée par la présentation d’une nouvelle station de mesure de la qualité de l’air durant le salon.

A la recherche de nouveaux exposants, le Consumer Electronic Show CES accueillera pour la première fois un espace consacré à la « smart city » . Le salon, qui se tient à Las Vegas du 9 au 12 janvier, confirme ainsi son appétit pour l’électronique professionnelle.

Poids lourd de ce secteur, Bosch n’a pas hésité à faire de cette thématique son cheval de bataille pour cette édition 2018. « La ville intelligente ne relève plus de l’utopie : elle est déjà là. Les populations du monde entier en récoltent les bénéfices, affirme Stephen Artung, membre du comité de direction du groupe, chargé de l’énergie et du bâtiment. En parallèle, les métropoles font face à de formidables défis. Pour les résoudre, il faut surmonter des obstacles à la fois technologiques et politiques. C’est dans cette double nature que réside l’avantage de Bosch. Certes, nous possédons toutes les compétences et les technologies nécessaires, mais nous avons aussi l’habitude de travailler avec les pouvoirs publics. »

 

 

Pour illustrer ses ambitions, le géant allemand n’est pas venu les mains vides : il présentera sur son stand Climo, un nouveau central de mesures de la qualité de l’air destine aux environnements extérieurs. Ce système, développé en partenariat avec Intel, mesure les concentrations de particules fines, de monoxyde de carbone, du monoxyde d’azote, de dioxyde de soufre, d’ozone et de pollens. Il peut également fournir la température, l’humidité, l’intensité lumineuse et le niveau sonore. L’ensemble de ces données peut être transféré vers un serveur par le biais de câbles, du réseau de téléphonie mobile, ou du Wi-Fi. « La plupart des stations de mesure sont aussi grandes que des conteneurs de transport, sans parler du prix. En comparaison de la moyenne, notre boitier est 100 fois plus petit et 10 fois moins cher, souligne Mike Mansuetti, président de Bosch pour l’Amérique du Nord. La Consumer Technology Association nous a d’ailleurs remis le « CES Innovation award » dans la catégorie « smart cities ». Nous avons installé plusieurs Climo dans les rues de Las Vegas et nous réaliserons des démonstrations durant le salon. »

 

Renforcement informatique

 

 Les activités de Bosch ne se limitent plus aux capteurs. La firme a entrepris de bâtir une offre informatique solide. « On peut dire que nos capteurs sont les yeux et les oreilles de la ville intelligente, mais le cerveau reste les logiciels. Parmi les 400 000 collaborateurs de Bosch, environ 20 000 sont des développeurs dont 4 000 œuvrent dans le domaine des objets connectés », précise Mike Mansuetti. Le constructeur possède ainsi depuis 2016 en Allemagne sa propre plate-forme dédiée aux objets connectés. Celle-ci assurerait le fonctionnement d’une centaine de projets et relierait un million et demi de véhicules aux logiciels de l’entreprise. « Depuis l’été dernier, nous travaillons au lancement de cette plate-forme outre-Atlantique, ajoute le président. Par ailleurs, nous prévoyons que tous nos produits électroniques soient connectables à compter de 2020 et de proposer le service informatique associé. »

Aux Etats-Unis, la société peut déjà se targuer de quelques belles références. Dans le cadre d’un contrat avec la ville californienne de San Leandro, sa filiale de services à l’énergie Climatec a équipé cette année 5 000 candélabres avec des diodes électroluminescentes (LED), de capteurs de mesure de la qualité de l’air et des caméras de suivi du trafic routier. Grâce aux informations transmises par ces dernières, la municipalité peut rediriger les véhicules en cas d’embouteillage. Le nouveau quartier de SF Shipyard à San Francisco constitue un autre exemple. En partenariat avec le promoteur immobilier Lennar, l’industriel a développé une application mobile destinée aux habitants du secteur. Celle-ci affiche des renseignements sur les commerces alentours et les horaires des transports. Les résidents peuvent en outre y partager des messages.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X