Pourquoi les difficultés d'Atlantia sont suivies de près en France

Les mésaventures domestiques du géant italien des infrastructures sont scrutées depuis l’Hexagone. Atlantia y détient des positions fortes dans les concessions autoroutières, et gère aussi l’aéroport de Nice. Il s'est affirmé comme un concurrent féroce pour les majors tricolores Vinci et Eiffage.

Partager
Pourquoi les difficultés d'Atlantia sont suivies de près en France
Atlantia détient Sanef en France (2000 km d'autoroutes concédées), via Abertis, qu'il co-détient avec l'espagnol ACS.

Leader des infrastructures en Italie, Atlantia (6,92 Mds € de chiffre d’affaires en 2018, pour un bénéfice net de 818 millions d'euros, en chute de 30%) est en difficultés sur son marché domestique. Le groupe voit son action chahutée à la Bourse de Milan, révélant les craintes liées à la possible perte de ses concessions autoroutières dans le pays, suite au drame du Pont de Gênes en août 2018. Un pont exploité par Autostrade, sa filiale, qui gère près de 3000 km de voies de l'autre côté des Alpes.

A LIRE AUSSI

Concessions autoroutières: tempête sur Atlantia

La situation d'Atlantia en Italie est suivie de près dans l'Hexagone, où le groupe est aussi un poids lourd du secteur des infrastructures, et un concurrent direct des majors Vinci et Eiffage. Atlantia détient en effet Sanef et ses 2063 km de voies d’autoroutes concédées, dans le Nord et l’Est de la France. Ce qui en fait le principal opérateur du secteur, aux côtés de Vinci Autoroutes, le leader, et du tandem Eiffage-Macquarie.

Atlantia,qui compte comme premier actionnaire la famille Benetton (30,25% du capital), possède Sanef via Abertis, la société qu’il co-détient avec l’espagnol ACS, le numéro 2 du BTP et des concessions en Europe.

Un intérêt pour les aéroports


Le groupe transalpin dirigé par Giovanni Castellucci affiche un portefeuille de concessions diversifié et comparable à celui des majors françaises, puisqu’il opère aussi des plateformes aéroportuaires avec, en tête de gondole, la gestion des deux principaux aéroports de Rome.

Là encore, il nourrit de sérieuses ambitions en France. Atlantia avait remporté en 2016 face à Vinci Airports la gestion de la plateforme de Nice, la troisième en termes de fréquentation dans l’Hexagone.

A LIRE AUSSI

Atlantia: «De grandes opportunités sur les marchés de la viabilité urbaine ou périurbaine»

Si Atlantia avait fait l'impasse sur la reprise de la concession de l’aéroport de Toulouse, son nom était chuchoté comme candidat potentiel en cas de privatisation d’Aéroports de Paris.

Dans une interview au Moniteur, Giovanni Castellucci ne se prononçait pas sur le cas précis d'ADP. Mais annonçait clairement son intérêt pour ce secteur où Vinci Aiports, désormais premier opérateur privé dans le monde, veut continuer de croître. Eiffage, lui, se démène pour mettre un pied sur ce marché en visant les aéroports régionaux comme Toulouse -il est entré en négociation exclusives pour racheter les 49,9% du chinois Casil Europe-, ou Lille, dont le futur opérateur pourrait être sélectionné d’ici à la rentrée de septembre.

A LIRE AUSSI

Eiffage bien positionné pour devenir l'actionnaire majoritaire de l’aéroport de Toulouse

Les positions du groupe transalpin se frottent encore à celles des majors françaises sur au moins un autre secteur. Atlantia est devenu en mars 2018 le premier actionnaire de Getlink, l’ex-Eurotunnel, avec 15,5% du capital - et 26,6% des droits de vote. Un actif qui intéresse au plus haut point Eiffage.

Le groupe dirigé par Benoît de Ruffray a acquis 5% de l’exploitant du tunnel sous la Manche en décembre 2018, pour 307,5 M €. Et ne cache pas, depuis, sa volonté de monter au capital.

A LIRE AUSSI

Pourquoi Eiffage entre au capital de Getlink, l’ex-Eurotunnel

Mon actualité personnalisable

Suivez vos informations clés avec votre newsletter et votre fil d'actualité personnalisable.
Choisissez vos thèmes favoris parmi ceux de cet article :

Tous les thèmes de cet article sont déjà sélectionnés.

  • Vos thèmes favoris ont bien été mis à jour.

Sujets associés

NEWSLETTER Architecture

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS LE MONITEUR

Tous les événements

Les formations LE MONITEUR

Toutes les formations

LES EDITIONS LE MONITEUR

Tous les livres Tous les magazines

Les services de LE MONITEUR

La solution en ligne pour bien construire !

KHEOX

Le service d'information réglementaire et technique en ligne par Afnor et Le Moniteur

JE M'ABONNE EN LIGNE

+ 2 500 textes officiels

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS

Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil