Immobilier

Atisreal prévoit une demande placée inférieure à 2 millions de m2 en 2009

La demande placée (location et vente à utilisateurs) de bureaux en Ile-de-France devrait être comprise entre 2,2 et 2,4 millions de m2 en 2008 puis tomber en dessous des 2 millions en 2009, après avoir culminé à 2,75 millions en 2007, selon Atisreal.

L’écart entre la demande et l’offre offre disponible à plus d’un an (stocks) devrait être de l’ordre de 2,6 millions de m2 en 2009, sans comparaison avec les niveaux atteints lors de la grande crise des années quatre-vingt dix : elle avait culminé à 3,6 millions de m2 en 1993.
Atisreal ne laisse donc pas griser par la bonne tenue de la demande placée au troisième trimestre (658.000 m2) qu’il qualifie d’ »artificielle » et qui est imputable à trois transactions exceptionnelles : BNP Paribas Assurance à Nanterre (47.000 m2), Société Générale à La Défense (43.000 m2 pour une salle des marchés) et à Fontenay/bois (76.000 m2). Sans elles, la commercialisation aurait atteint le niveau de 2005. Ce sont les surfaces comprises entre 5000 et 10.000 m2 qui ont tenu le marché au T3 (+ 38%). Toutefois, Atireal estime que le marché « n’est pas catastrophique » et qu’ »il n’y a pas de décrochage massif ». Une fois n’est pas coutume, Paris quartier central des affaires (QCA) affiche un recul très fort (-38% en un an).
En dehors de Strasbourg, les bureaux en région présentent des visages variés : Lyon se porte particulièrement bien, Toulouse tient bon, Lille a connu un premier semestre mitigé… Les utilisateurs recherchent des bureaux neufs ou rénovés. Seuls les immeubles de qualité trouveront preneur sur le marché de seconde main.

Investissement : noir c’est noir
C’est dans le domaine de l’investissement que le tableau est le plus noir. Au troisième trimestre, il a atteint un point bas à 3,1 milliards d’euros (tous actifs confondus). Sur les 9 premier mois, le recul est de 53% à 11,2 milliards. Hors hôtels, cliniques et résidences, son montant a été divisé par quatre au T3. Les investisseurs se recentrent sur les bureaux et l’on observe une chute de 70% dans la logistique et de 75% dans le commerce au cours des 9 premiers mois de 2008 comparés à une année 2007, certes exceptionnelle.
La topologie des acheteurs a changé : Investissent actuellement les assureurs vie, les SCPI et les OPCI, ainsi que les fonds allemands (1,4 milliard acheté sur les 9 premiers mois). Les achats des SIIC ont été divisés par 4. Atisreal prévoit que l’on terminera autour de 15 milliards (contre 30,7 milliards en 2007) et un volume compris entre 11 et 14 milliards en 2009.

Françoise Vaysse

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X