En direct

ASSURANCE-QUALITE Pour un référentiel adapté au bâtiment

bertrand fabre |  le 20/06/1997  |  QualitéResponsabilités et assurancesParisTechnique

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Qualité
Responsabilités et assurances
Paris
Technique
Valider

L'Auxirbat (1), association de recherche et de conseil sur le bâtiment, vient de mettre au point un « schéma de référentiel pour l'assurance-qualité et la certification d'un maître d'ouvrage ». Gérard Blachère, qui en est le président, précise ici sa démarche.

Pourquoi Auxirbat a-t-il pris l'initiative de rédiger ce « schéma d'un référentiel » ?

GERARD BLACHERE. De tous les intervenants à l'acte de construire, le maître de l'ouvrage est le plus directement intéressé par la gestion de la qualité, puisque c'est pour lui qu'on construit. Il faut donc éviter qu'il ne soit déçu. Or, les réflexions menées avec les représentants des professions ont montré que, si l'on peut parfaitement établir, par exemple, un schéma de manuel qualité d'une entreprise de BTP selon une présentation conforme à la liste des exigences des normes de la série ISO 9000, il faut cependant y rajouter, pour assurer la qualité de l'ouvrage, tous les points qui y manquent.

Ces normes servent pourtant de référentiel pour la certification-qualité dans la construction comme dans l'industrie...

Elles ont gagné du terrain, mais comme l'algue taxifolia. On ne peut pas dire que la certification-qualité correspondante inspire vraiment confiance aux maîtres d'ouvrage ni aux assureurs, qui ne voient pas vraiment ce que cela leur apporte. Or, cet apport de confiance est pourtant la finalité essentielle exprimée par la définition même de l'assurance-qualité. C'est pourquoi je parle d'une nécessaire « amélioration » de la gestion de la qualité.

Les normes ISO 9000 ne seraient donc pas adaptées à la construction ?

Les normes ISO 9000 ont été conçues dans l'optique d'une production industrielle, et non pas d'ouvrages immobiliers. Elles sont bien adaptées à la fabrication en série de casseroles, mais pas au louage d'ouvrage immobilier, où l'on produit « par opération », avec des procédures inversées : c'est le client qui y enclenche le processus de production en fixant le programme, et en choisissant le concepteur. Autre différence, non prise en compte par les normes ISO : la construction implique le regroupement occasionnel de plusieurs intervenants, dont il faut bien organiser l'équipe.

Quel est donc l'apport de votre schéma ?

Il est d'avoir contribué à « décomplexer » les réflexions, car aujourd'hui, dans la maîtrise d'ouvrage et ailleurs, on ose enfin dire que les normes ISO 9000 ne sont pas adaptées au bâtiment. Le document d'Auxirbat a en effet retenu l'attention de l'Union des HLM, de la Fédération des promoteurs, de la Commission centrale des marchés, du Génie, et du Coprec (contrôleurs techniques). Il est en cours d'examen chez les assureurs-constructeurs (à l'Apsad).

Souhaitez-vous qu'il s'impose en lieu et place des documents existants ?

A la différence de certains, je ne veux rien imposer. Les normes ISO 9000 peuvent continuer leur carrière si, dans le bâtiment, on fait à côté ou en plus ce qu'il faut pour qu'il y ait une vraie gestion de la qualité. N'imposons rien, mais faisons des choses raisonnables...

(1) Auxirbat, 8, rue des Saussaies, 75008 Paris. Tél. : 01.42.68.32.52.

Les composantes générales du manuel qualité

1. Désignation dans le service d'un responsable de l'amélioration de la gestion de la qualité.

2. Rédaction du manuel qualité.

3. Etablissement de l'organigramme. Politique de recrutement, de gestion et de formation du personnel.

4. Procédures de choix des intervenants.

4 bis : Procédure de recours à une maîtrise d'ouvrage déléguée.

Composantes liées au déroulement chronologique d'une opération

5. Opérations préalables à la décision de construire.

6,7 et 8.

- A. Choix de la maîtrise d'oeuvre.

- B. Missionnement de la maîtrise d'oeuvre.

- C. Désignation et missionnement du coordinateur santé-sécurité.

- D. Rédaction du programme et fixation du calendrier. Désignation du chargé d'opération.

- E. Montage financier. Intervention du service constructeur.

- F. Choix et missionnement du contrôleur technique.

- G. Assurance.

9. Lancement des études.

10. Approbation des esquisses, de l'avant-projet et du projet.

11. Consultation des entreprises et jugement des offres. Mise au point du marché.

12. Etablissement du schéma directeur de la qualité.

13. Suivi des travaux.

14. Paiement.

15. Réception. Paiement du solde.

16. Parfait achèvement.

17. Travaux résultant de la garantie décennale.

18. Débriefing.

19. Service après-vente.

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil