Entreprises de BTP

Assurance-construction : l’hécatombe continue chez les acteurs en libre prestation de services

Quelques jours après le retrait de CBL, actionnaire majoritaire de SFS, la Banque Centrale néo-zélandaise a prononcé le 23 février sa mise en « liquidation temporaire ». Conséquence directe, l’assureur danois Alpha Insurance, réassuré par CBL, a annoncé sa mise en « run-off » le 4 mars.

Alors que 2016 et 2017 avaient déjà été marquées par les défaillances des assureurs Gable et Elite, basés respectivement au Liechtenstein et à Gibraltar, l’année 2018 s’annonce comme un cru encore plus catastrophique pour les assureurs européens opérant en LPS (Libre prestation de services) sur le marché français de l’assurance construction.

Acculé par des pertes évaluées à 144 M$, rétrogradé de A- à BB+ par l’agence de notation A.M.Best, le groupe néo-zélandais CBL a ouvert le bal début février en annonçant le 13 février sa mise en « run-off » en France (arrêt des souscriptions à compter d’avril et non renouvellements des contrats en cours). Cette mise en retrait « volontaire » s’est transformée en une mise en « liquidation temporaire » le 23 février par la Banque Centrale de Nouvelle-Zélande, ...

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X