En direct

ASIE La crise touche de plus en plus les professionnels du BTP

LAURENCE BAGOT |  le 24/10/1997  |  InternationalEntreprisesImmobilier

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

International
Entreprises
Immobilier
Valider

La crise économique qui s'est abattue sur l'Asie du Sud Est a touché les constructeurs présents dans la région (voir « Le Moniteur » du 10 octobre p. 34 et 35). Ce typhon monétaire a aussi provoqué une crise des liquidités sans précédent et menace de faire imploser la bulle immobilière, en particulier à Bangkok qui croule sous plus de 2 millions de mètres carrés de bureaux vacants. « Résultat : beaucoup de chantiers sur lesquels nous travaillions ont été arrêtés, atteste un sous-traitant. Les promoteurs n'ont plus un sou ». Bouygues, le constructeur français qui a le plus investi dans la région par l'intermédiaire de sa filiale Dragages et Travaux publics, a fait les frais de cette crise aussi soudaine que violente. Ainsi, à Jakarta, le chantier de Kuningan Persasa (quatre tours mixtes, un contrat de 621 millions de francs) a été suspendu pour six mois. A Bangkok, les travaux de la salle omnisports qui devrait accueillir certaines épreuves des Jeux asiatiques en 1998 viennent d'être arrêtés pendant plus d'un mois. Ils devraient finalement redémarrer d'ici à la fin octobre. « Pour nous, ce sont des opérations blanches que de suspendre des travaux, explique Yves Champommier, directeur financier de Dragages et TP. Nous avons des clauses très précises dans nos contrats et le client nous dédommage. »

Assainir le marché

Autres constructeurs touchés : Dumez-GTM qui a dû mettre en suspens le chantier des tours Bakri à Jakarta. Le groupe allemand de BTP Philipp Holzmann, très présent à Bangkok, a suspendu lui aussi quatre de ses chantiers. L'Australien Cordiuks a même plié bagages de Thaïlande, suite à de nombreuses annulations de ses chantiers. L'entrepreneur hongkongais Hopewell risque aussi gros. Constructeur du métro de Bangkok (18 milliards de francs) qui devrait théoriquement être livré fin 1998, Hopewell est actuellement en grave conflit avec les autorités thaïlandaises qui menacent d'annuler le contrat.

Reste à savoir quelles vont être les répercussions de la crise dans les années à venir. Chez Dragages et TP, on se veut optimiste : le carnet de commandes de 1998 devrait être au moins aussi élevé qu'en 1997. « Le marché était devenu flou, affirme-t-on en interne. Cette crise va assainir le marché et réduire le dumping. Seuls les meilleurs resteront. » Autre conséquence : en raison du surplus de logements et de bureaux à Bangkok, Kuala Lumpur, Jakarta et Manille, le marché devrait désormais s'orienter vers les infrastructures, au détriment du bâtiment.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Construire avec le bois

Construire avec le bois

Date de parution : 12/2019

Voir

Histoire contemporaine des paysages, parcs et jardins

Histoire contemporaine des paysages, parcs et jardins

Date de parution : 11/2019

Voir

Mener une évaluation environnementale

Mener une évaluation environnementale

Date de parution : 11/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur