En direct

Artois-Picardie Priorité aux stations d'épuration

le 21/02/1997  |  NordFrance Collectivités localesEnvironnementSanté

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Nord
France
Collectivités locales
Environnement
Santé
Technique
Etat
Valider

- Le VIIe programme de l'Agence de l'eau prévoit d'y affecter 935 millions. - 4,2 milliards de subventions sont prévus sur cinq ans.

Le VIIe programme de l'agence de l'eau Artois-Picardie, qui s'étend sur la période 1997-2001, vient d'être approuvé par ses ministères de tutelle. Les redevances seront stabilisées au niveau atteint en 1996. Ce qui permettra à l'agence d'engager en cinq ans un total de 4,2 milliards en subventions. Ce haut niveau d'intervention vise à prendre en compte des contraintes économiques qui pèsent sur tous les utilisateurs, industriels, agriculteurs ou collectivités locales, tout en ambitionnant d'atteindre les normes européennes vers 2000-2005.

Une subvention égale à 15% des travaux

L'industrie ayant réalisé des progrès en matière de gestion de l'eau, c'est sur les collectivités locales, maîtres d'ouvrage des stations d'épuration et des équipements d'assainissement que l'Agence concentrera ses efforts. Les interventions destinées aux collectivités représentent 1,8 milliard d'engagements sur les cinq ans.

« Nous avons innové dans nos modalités de soutien financier aux collectivités locales pour alléger leurs charges sans inciter à des augmentations du prix de l'eau », explique Philippe Guillard, directeur de l'Agence.

Ainsi, l'Agence propose aux collectivités une subvention de 15 % des travaux et une avance sans intérêts sur quinze ans, le tout équivalant à une subvention d'environ 40 % des travaux.

Pour le renouvellement des stations d'épuration, 935 millions d'engagements y sont attribués et devraient déclencher 1,3 milliard d'investissements, soit 260 millions par an. L'Agence a établi une liste de stations prioritaires à réaliser ou à rénover (voir carte). Elle souligne que les traitements à haute performance s'imposent presque partout à cause du faible niveau d'étiage des cours d'eau régionaux. Mais l'Agence favorisera les ouvrages les moins coûteux.

La balle est dans le camp des collectivités locales

L'Agence attend les décisions de la communauté urbaine de Lille qui devrait reconstruire les stations de Wattrelos (350 000 équivalents habitant), de Comines (40 000 EH) et de Neuville (100 000 EH), alors qu'elle vient de lancer la construction d'une station de 150 000 EH à Villeneuve-d'Ascq et de budgéter celle d'Houplin-Ancoisne (180 000 EH). En attente, aussi, la décision de construction d'un ouvrage de 70 000 EH à Boulogne.

La modernisation des réseaux d'assainissement sera, en revanche, inférieur à celui du VIe programme. Il se chiffre à 650 millions. Les avances et subventions devraient engendrer 1,7 milliard de travaux.

En outre, l'Agence subventionnera - à hauteur de 25 % - les travaux de raccordement à l'égout. L'objectif de raccordement de 50 000 logements est affiché, ce qui correspond à 750 millions de travaux.

Enfin, la lutte contre la pollution provenant des élevages s'intensifiera. L'Agence y consacrera 182 millions d'aides, et évalue à 520 millions les travaux à effectuer.

CARTE :L'agence de l'eau a débloqué 935 millions de francs, sur cinq ans pour les stations d'épuration, ce qui devrait engendrer 1,3 milliard de francs d'investissements.

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil