En direct

Artisanat La CAPEB retrouve une confiance mesurée pour 1997

MICHEL OCTERNAUD |  le 24/01/1997  |  ArtisansConjonctureFrance

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Artisans
Conjoncture
France
Valider

-Après des années difficiles et une activité 1996 qui s'est achevée sur une croissance zéro, les artisans notent un très léger frémissement de la demande des particuliers. -La CAPEB espère une amélioration du marché durant la seconde partie de 1997.

Dans une conjoncture de la construction plus que médiocre en France, les artisans, semble-t-il, s'en sortent mieux que les PME et les grandes entreprises du bâtiment. Selon l'étude économique publiée à la fin de la semaine dernière par la CAPEB, la baisse d'activité générale du bâtiment constatée depuis le troisième trimestre 1995 s'est poursuivie en fin d'année 1996, avec un recul d'ampleur comparable à celui du troisième trimestre ; ce qui porte la chute de la production en volume sur l'ensemble de 1996 à 2,5 %, mais à 1 % seulement pour les seuls artisans.

La diminution d'activité dans l'entretien-rénovation s'est confirmée, explique la CAPEB, même si l'ampleur du recul demeure limitée. Simultanément, le volume de travaux réalisés par les artisans dans la construction neuve a progressé sensiblement à un an d'intervalle : les artisans et petites entreprises de bâtiment bénéficient en effet du courant d'affaires généré par les mises en chantier de logements individuels en secteur diffus. L'activité confiée par les collectivités locales aux artisans s'est inscrite en progression modérée fin 1996.

Embellie de la construction neuve, mais marges faibles

Au plan régional, l'activité entretien-rénovation a suivi cette tendance, sauf dans le Sud-Ouest, l'Est et surtout l'Ouest, où la CAPEB a noté une progression modérée. Dans la construction neuve, des progressions d'activité plus marquées ont été enregistrées dans l'Est, l'Ouest, le Sud-Est et le Sud-Ouest de la France.

Par corps d'état, la construction neuve a été en hausse, notamment les secteurs de la menuiserie, la serrurerie, l'aménagement-décoration et l'électricité. La maçonnerie a même enregistré une « bonne tenue de l'activité ». Dans l'entretien-rénovation, l'embellie a profité surtout au sanitaire-chauffage ; elle s'est maintenue dans l'électricité et la menuiserie.

La CAPEB note par ailleurs que l'atonie du marché de la rénovation et la nature des logements mis en chantier (maisons de basse et moyenne gammes) génèrent des marges très réduites. C'est pourquoi nombre d'artisans estiment que leur situation financière s'est encore détériorée au quatrième trimestre 1996, par rapport au trimestre précédent.

Au vu des carnets de commandes, le niveau d'activité dans le neuf devrait légèrement fléchir au début de 1997, en particulier dans le gros oeuvre, et les artisans ne prévoient pas immédiatement de reprise de l'entretien-rénovation. Cependant, la CAPEB, si elle reste prudente sur ses prévisions, garde un espoir d'amélioration de l'activité durant le second semestre de 1997 : elle a décelé un frémissement de la demande de travaux des particuliers qui demande à être confirmée.

GRAPHIQUE : LES ANNEES MAIGRES (Taux de croissance par rapport au trimestre correspondant de l'année précédente , en francs constants de 1992 à 1996 ) Source CAPEB. L'artisanat du bâtiment a connu, ces dernières années, un réel passage à vide.

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil