Artisan en solo, Jean-François Archaimbault a opté pour les chantiers participatifs
Jean-François Archaimbault

Artisan en solo, Jean-François Archaimbault a opté pour les chantiers participatifs

Laurent Duguet |  le 14/09/2018  |  100 % second œuvreArtisansparticipatifIsolation en vracArtisan isolation

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Moi, artisan
100 % second œuvre
Artisans
participatif
Isolation en vrac
Artisan isolation
Indre-et-Loire
Valider

Jean-François Archaimbault, 56 ans, a décidé de travailler seul pour éviter les contraintes d'un chef d’entreprise. Et pour faciliter le déroulement des chantiers, il a adopté une démarche originale : réduire les prix des devis en proposant à ses clients de participer aux travaux.

« Quand j’ai créé mon entreprise il y a 16 ans, mon activité de base était la plâtrerie. J’ai été seul pendant 5 ans, avant d’accepter un apprenti et d’embaucher un salarié pour la partie administrative. Même si j’en conserve un bon souvenir, j’ai, depuis, opté pour le travail indépendant, avec zéro contrainte : ni horaires à respecter, ni cotisations pour les accidents du travail et encore moins de prélèvement à la source.

Depuis trois ans, j’ai changé de corps de métier et d’organisation en m’orientant vers l’isolation de combles par soufflage sous forme de chantiers participatifs. C’est ma nouvelle vie d’artisan ! J’ai inventé un slogan, « s’isoler pour créer des liens » et ça marche ! Dans un rayon de 30 km autour de chez moi, je propose à mes clients de réduire le prix au m², de 32,50 €/m² à 28,50 €/m², s’ils contribuent à m’aider. Je dirige le chantier et je protège le maître d’ouvrage en l’équipant des protections nécessaires. Il contribue à retirer la laine de verre et souvent, il ouvre les sacs tandis que je souffle les combles, toujours avec de la ouate de cellulose.

Cela fonctionne si bien que j’ai été soutenu dans ma démarche par le parc national Loire Anjou Touraine et 90 % de mes chantiers sont organisés désormais sur ce mode. Quand les personnes sont âgées, j’embauche ponctuellement ma fille, car il faut être impérativement deux ! Plus ça va et plus les gens bricolent eux-mêmes. C’est la seule solution que j’ai trouvée pour réduire le prix final des devis. Ma démarche séduit des collègues, dont un maçon qui s’est engagé dans une démarche d’habitat participatif. Etre seul dans ce cadre, c’est idéal. »

Commentaires

Artisan en solo, Jean-François Archaimbault a opté pour les chantiers participatifs

Votre e-mail ne sera pas publié

Lahaye

28/09/2018 07h:29

Bonjour, Bravo pour cette initiative, j'ai moi même mis en place ce type de fonctionnement pour les combles mais aussi pour la mise en oeuvre des enduits de chanvre. En fait on pourrait travailler avec beaucoup plus de rendement et d'efficacité sur les problemes de precarite énergétique si on soutenait les initiatives simples des petites entreprise qui peuvent intervenir dans des rayons géographique restreints (peu de déplacement ,peu d'énergie grise). Il y a beaucoup à dire sur les dispositifs ou sur les business liés aux économies d'énergie, en tout cas monsieur Archaimbault démontre qu'en faisant les choses simplement cela fonctionne. Nicolas lahaye

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Initiation aux procédés généraux de construction

Initiation aux procédés généraux de construction

Date de parution : 09/2019

Voir

Décrypter les règles du Code de la commande publique issues de la loi MOP

Décrypter les règles du Code de la commande publique issues de la loi MOP

Date de parution : 09/2019

Voir

Code commenté de la commande publique

Code commenté de la commande publique

Date de parution : 09/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur