En direct

Arrêt des chantiers :
Travaux de terrassement sur une LGV. - © © Vincent Leloup/Le Moniteur

Arrêt des chantiers : "Les chiffres confirment ce que nous pressentions", explique la FNTP

Emmanuelle Picaud et Jean-Philippe Defawe |  le 01/04/2020  |  Travaux publicsEntreprisesCoronavirusFrance Auvergne-Rhône-Alpes

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Vie du BTP
Travaux publics
Entreprises
Coronavirus
France
Auvergne-Rhône-Alpes
Grand Paris - Ile-de-France
Bretagne
Valider

Un sondage réalisé par la Fédération des travaux publics auprès de ses adhérents confirme que les entreprises ne sont pas prêtes à reprendre leur activité sur les chantiers. Plus de 92% d’entre elles assurent ainsi connaître une difficulté d’approvisionnement en produits de sécurité, que ce soit en gel ou en masques de protection.

En cette période inédite de confinement, les remontées de terrain des entreprises de BTP rencontrant des difficultés pour maintenir leur activité se sont multipliées ces dernières semaines.

Toutefois, jusqu’à présent, les données chiffrées permettant de prendre du recul vis à vis de cette situation restaient rares. Une première enquête rendue publique par la Fédération nationale des travaux publics (FNTP) offre un premier état des lieux de la situation.

1581 entreprises ont répondu à l’enquête menée entre le 23 et le 26 mars derniers, soit 21% des sondés. Ce qui ne permet pas d’avoir un échantillon représentatif sur l’ensemble du pays, mais seulement sur les régions où la participation a été la plus forte (Auvergne Rhône-Alpes, Hauts-de-France, Bretagne et Ile-de-France).

Ces premiers résultats laissent toutefois déjà apercevoir des tendances.

80% des chantiers à l’arrêt

« Cette enquête vient clairement confirmer ce que nous avions pu ressentir lors de nos nombreux échanges avec les entreprises » explique François Coville, p-dg de TPC Ouest (Morbihan) et président de la FRTP Bretagne.

Sur l’ensemble des répondants, 80% des entreprises ont déclaré être en arrêt total (71% en Bretagne), tandis que moins de 10% sont parvenues à maintenir plus de 25% de leur activité.

Les situations se révèlent hétérogènes selon les maîtrises d’ouvrage. Ainsi, les collectivités locales et les entreprises publiques semblent privilégier l'arrêt ou l'ajournement des chantiers, tandis que l'Etat semble ne pas se prononcer pour une majorité d’entre eux.

Conséquence directe de la forte diminution d’activité, près de 70% des entreprises sondées déclarent avoir plus de 90% de leurs salariés en arrêt, même si les raisons demeurent diverses (confinement à domicile, arrêt maladie, garde d’enfants pour près de la moitié ou encore droit de retrait pour plus de 15% d'entre elles).

Des problèmes d’approvisionnement

Du point de vue logistique, une majorité de structures (89%) confirme rencontrer des problèmes d'approvisionnement en matériaux et matériels pour ses chantiers (granulats, enrobés, tuyaux, canalisations, PVC, béton, fer, agrégats, etc.).

Les sondés expliquent ces difficultés principalement « par le fait de la fermeture des grossistes et sites de distribution et la fermeture des sites de production » (43% des sondés). Une part non négligeable (12%) l'explique aussi « par des difficultés logistiques et de transport ».

Peu de retards de paiements

Les résultats du sondage réservent toutefois quelques bonnes nouvelles.

Ainsi, les décalages de paiement ou les annulations de commandes restent relativement faibles à ce stade de la crise. Très peu de sondés constatent des annulations de commandes, hormis pour le secteur privé.

Pour ce secteur en particulier, 31% des entreprises enregistrent des décalages de paiement de facture et 15% constatent des annulations de commandes.

Une information qui doit être prise avec précaution, beaucoup d'entreprises ne s’étant pas prononcées sur ces enjeux dans le questionnaire, faute de recul pour le moment. De nouvelles données devraient voir le jour d’ici les prochaines semaines.

La FNTP prévoit à moyen terme de réaliser une deuxième enquête, « avec des points plus quantitatifs sur la trésorerie des entreprises et les délais de paiements des maîtres d'ouvrage ».

Un précieux outil de sondage d’opinion

Enfin, ce premier retour demeure surtout un précieux outil de sondage d’opinion des acteurs du secteur, alors que la question de la reprise des chantiers à moyen terme occupe tous les esprits.

Ainsi, 82% des entreprises interrogées estiment que les difficultés d’approvisionnement freineront la reprise d’activité, tandis que 34% d’entre elles estiment qu’aucun de leur chantier ne pourra réunir les conditions sanitaires satisfaisantes pour une reprise sereine.

Une affirmation peu surprenante dans la mesure où, toujours dans le cadre de cette enquête, une large majorité d’entreprises sondées (92%) assure connaître une difficulté d’approvisionnement en produits de sécurité (gel ou masques), même si elles n’ont, pour la plupart, pas été sollicitées pour une réquisition des produits dont elles pourraient disposer.*

Une reprise d’activité partielle

Dans ce contexte, analyse la note, « une reprise d’activité ne pourra être envisagée dans le contexte de crise actuelle que sur des niveaux d’activité très partiels ». En cas de reprise , pour 12% seulement des entreprises, l'intégralité des salariés seraient mobilisables.

Pour 39%, moins de la moitié des effectifs le seraient, en sachant qu’il « faudra trouver des solution d'hébergement, de restauration et de déplacement sur les lieux des chantiers ».

Par ailleurs, en cas de reprise d’activité, 65% des sondés envisagent de recourir à l'activité partielle, dont 37% pour plus de la moitié de leurs salariés. Seulement 15% pensent qu'ils ne feront pas appel à ce dispositif.

Confirmant les hésitations au sein des DIRECCTE sur l’indemnisation du chômage partiel, en date du 26 mars, seules 10% des entreprises ont vu leur demande d’activité partielle acceptée. Pour 44% des entreprises interrogées, la demande était en cours et 46% ont eu des problèmes pour se connecter à la plateforme de demande.

La crainte de l'effondrement de la commande publique

Dernier problème, de taille : les commandes. « Le plus grand risque est que l’on sorte de cette crise avec un effondrement de la commande publique. Vu les sommes injectées par l’Etat pour soutenir l’économie, on peut craindre une chute des investissements publics » explique François Coville.

Enfin si une reprise de l’activité est évoquée, la principale question est de savoir à partir de quand. « Pour mon entreprise, nous sommes 100% à l’arrêt et nous avions imaginé reprendre le 6 avril mais nous avons décalé cette date après Pâques, et sans aucune certitude » raconte l’entrepreneur.

Comme l’ensemble de la profession, François Coville est dans l’attente de la décision de l’Etat sur le guide autour de la reprise de l’activité dans le BTP élaboré par l’OPPBTP avec la profession. « Dans un délai record, l’ensemble des partenaires sociaux s’est mis d’accord autour d’une série de nouvelles mesures de sécurité à appliquer sur les chantiers mais ça fait déjà plus de 8 jours que l’Etat nous fait mariner et nous n’avons toujours pas de réponse de sa part » regrette François Coville.

Commentaires

Arrêt des chantiers : "Les chiffres confirment ce que nous pressentions", explique la FNTP

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Conception et mise en œuvre des garde-corps

Conception et mise en œuvre des garde-corps

Date de parution : 05/2020

Voir

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Date de parution : 05/2020

Voir

Valorisation de l’immobilier d’entreprise par l'externalisation des actifs et autres solutions

Valorisation de l’immobilier d’entreprise par l'externalisation des actifs et autres solutions

Date de parution : 02/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur