Armand Petit, artisan charpentier, apprécie le rythme du travail en solo
Armand Petit

Armand Petit, artisan charpentier, apprécie le rythme du travail en solo

Laurent Duguet |  le 27/09/2018  |  Artisans100 % gros œuvre Artisan charpentierIsère

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Moi, artisan
Artisans
100 % gros œuvre
Artisan charpentier
Isère
Valider

Armand petit, 44 ans, artisan charpentier à Grenoble (Isère), envisage de réduire son chiffre d’affaires en 2019 pour pouvoir de nouveau travailler seul, sans le poids de la responsabilité et l’engrenage de la croissance.

« Après avoir été vendeur d’alarmes, assureur, employé de start-up, charpentier, spécialisé dans l’import-export de yourtes, auxiliaire de vie scolaire, j’ai créé mon activité d’auto-entrepreneur en 2013, orientée sur la réalisation de terrasses et petits abris. J’étais seul, sans beaucoup de travail et je me devais d’élargir mon champ de compétences. La solitude me procurait un grand sentiment de liberté et je vivais à mon rythme, avec ce sentiment de responsabilité que l’on ressent lorsque tout repose sur soi.

En 2015, je suis passé en EURL car l’activité était en plein développement. J’ai commencé à faire appel à des amis, on dit « collègues » dans la profession, pour me donner un coup de main et pallier à l’ampleur d’un chantier. Depuis un an, que ce soit en sous-traitance ou en intérim, je fais travailler jusqu’à 3 personnes en permanence qui m'ont permis de franchir un nouveau seuil de compétences. Etre avec d’autres transforme son métier : je suis plus impliqué dans l’organisation, les achats, les devis et les RH, même sans salarié. C’est chouette de travailler en équipe : revenir deux heures après sur un chantier et voir l’avancée, c’est grisant et physiquement, j’apprécie de déléguer des tâches.

Mais, ça ne me satisfait pas… J’ai l’impression de rentrer dans une espèce de tunnel, avec un sentiment de responsabilité à l’égard des autres artisans. Je subis l’engrenage de la croissance – en juin 2018, j’avais déjà atteint le CA 2017 –  et si je réalise de beaux chantiers, j’ai besoin de retrouver ma respiration. Même si c’était dur, j’avoue regretter le temps où j’étais seul. Du coup, j’ai trouvé la solution : réduire probablement de 30 % mon CA en 2019 ! »

Commentaires

Armand Petit, artisan charpentier, apprécie le rythme du travail en solo

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Réhabilitation énergétique et mobilité urbaine

Réhabilitation énergétique et mobilité urbaine

Date de parution : 12/2019

Voir

Construire avec le bois

Construire avec le bois

Date de parution : 12/2019

Voir

Propriétés et caractéristiques des matériaux de construction

Propriétés et caractéristiques des matériaux de construction

Date de parution : 11/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur