En direct

Areva discute de possibles partenariats avec Vinci

Defawe Philippe |  le 04/01/2008  |  EnergieFrance entière

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Entreprises
Energie
France entière
Valider

Le champion mondial du nucléaire Areva discute avec le groupe français de construction-concession Vinci de possibles partenariats pour construire des réacteurs nucléaires, mais sans exclusive, a affirmé vendredi un porte-parole du groupe nucléaire français.

"Des partenariats existent avec (le groupe français de BTP) Bouygues ou avec le groupe américain Bechtel. Il y en aura sans doute un jour avec Vinci. Ce qui compte c'est la demande de nos clients et la performance de l'offre. Mais il ne peut y avoir d'exclusivité avec personne", a-t-il déclaré à l'AFP. Des contacts avec Vinci ont démarré "il y a quelques mois", a-t-il précisé.

Cette information vient confirmer en partie celle diffusée sur le site de l'hebdomadaire Challenges qui affirmait jeudi qu'Areva envisageait de conclure un "partenariat exclusif" avec Vinci pour construire des réacteurs de troisième génération EPR en Europe de l'Est, au Royaume-Uni, au Maroc, en Algérie et en Egypte. Challenge.fr évoquait même une possible opération capitalistique. Le porte-parole d'Areva a toutefois qualifié "d'inepties" ces informations "du point de vue du capital d'Areva" que "du point de vue opérationnel" et des partenariats.
Le capital d'Areva, public à 85%, et que l'Elysée entend refondre, "appartient à l'Etat, et l'Etat fait ce qu'il veut", a ajouté le porte-parole.
Il a précisé que les collaborations avec les groupes de BTP concernaient les EPR mais aussi les autres réacteurs de moindre puissance.
De son côté, Vinci avait déclaré jeudi avoir des "contacts" avec Areva, mais démenti tout "partenariat exclusif" avec le groupe nucléaire.
"Nous avons des contacts avec Areva pour éventuellement répondre à des appels d'offres ensemble pour des centrales nucléaires", a indiqué un porte-parole de Vinci, mais "c'est tout sauf exclusif", a-t-il ajouté.
"Il est normal que nous travaillions ensemble sur ces dossiers", a-t-on ajouté chez Vinci: "nous avons l'expérience du génie civil et Areva a l'expérience du nucléaire".
Vinci a déjà participé à la construction des 58 réacteurs nucléaires français, selon Areva.

Cette information risque de ne guère plaire à Bouygues qui participe à la construction des EPR à Flamanville, en France (ouest) et en Finlande, et prépare une offre avec Areva en Afrique du Sud. Bouygues ne cache pas son intérêt pour entrer au capital d'Areva. Mais Mme Anne Lauvergeon préfèrerait développer son groupe seul, par une augmentation de capital.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Comprendre simplement les marchés publics

Comprendre simplement les marchés publics

Date de parution : 10/2019

Voir

Droit de l'immobilier en 100 fiches pratiques

Droit de l'immobilier en 100 fiches pratiques

Date de parution : 10/2019

Voir

Précis du droit de la commande publique

Précis du droit de la commande publique

Date de parution : 10/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur