En direct

Arcueil-Cachan, cinq jours pour changer de quai

Bernard Reinteau |  le 06/10/2017  |  ConjonctureTransportsHauts-de-SeineParis

Le chantier de l'interconnexion de la ligne du RER B et de la future ligne 15 sud du métro connaîtra son point d'orgue avec le ripage d'un tablier de 40 m.

Techniquement mis au point en 2014 et lancé en septembre 2016, le chantier de l'interconnexion entre l'actuelle ligne B du RER et la future ligne 15 sud du métro en gare d'Arcueil-Cachan (Val-de-Marne) entrera, du 1er au 5 novembre, dans une phase cruciale. Tandis que le trafic sera interrompu, 50 mètres du quai actuel seront démolis pour être remplacés par un tablier préfabriqué sur un terrain en contrebas. Réalisé en béton, long de 40 m, large de 16 m, d'une épaisseur de dalle de 1 m pour une hauteur totale de 3 m, et d'un poids de 3 000 t, ce monolithe baptisé « Junior » - il est le plus petit de ceux prévus sur le chantier du Grand Paris Express - intègre le passage des voies et les quais. L'opération de ripage sur une structure ad hoc est pro grammée le 2 novembre. Cette phase permettra le passage du tunnelier pour la création de la ligne 15 sud. Au total, le planning de cette phase de construction de la gare s'étend sur quatorze mois seulement.

Une première technique. Sur ce site ferroviaire construit vers 1890 pour le passage de l'ex-ligne de Sceaux, l'opération menée par la RATP constitue « une première technique », explique Tony Mailly, chef de projet. Le chantier a commencé par le déplacement du marché Carnot pour réserver un terrain large de 30 m le long du talus de la voie ferroviaire. Ensuite, côté est au niveau de l'actuel quai de la gare, le talus a été verticalement arasé jusqu'à 1 m du quai.

Cette opération a imposé la mise en place d'une paroi parisienne fixée jusqu'à 21 m de profondeur par 24 pieux en béton de 1 m ou 1,2 m de diamètre, et maintenue horizontalement par 92 tirants ancrés à 13-14 m. De même, tous les câbles de communication ont été déviés du niveau du quai vers un caniveau en sous-sol. Jugé aujourd'hui « fragile » au regard des codes de calculs utilisés, ce talus amputé de son appui aval est fortement instrumenté et constamment ausculté par la RATP pour connaître tous ses mouvements et pouvoir intervenir sans délai. Cette préparation oblige à limiter la vitesse à 30 km/h, tout en maintenant la circulation à 20 rames par heure, par une modification de la signalétique dans tout le Val de Bièvre.

La dalle de quai à riper a été réalisée à une hauteur de six mètres, c'est-à-dire au niveau du quai existant. Le coffrage est supporté par trois structures métalliques fondées sur des massifs de béton et orientées dans l'axe du prochain placement. Le bétonnage principal, effectué en juillet dernier, a demandé l'approvisionnement de 600 m³ de béton en une seule phase. Fourni par une centrale située à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine), exceptionnellement ouverte de nuit pour ce chantier, le matériau a été acheminé par une rotation de 80 toupies et a demandé la présence de deux équipes de 20 compagnons.

Pour préparer le déplacement de ce module sur une trentaine de mètres, trois culées très fortement ferraillées sont construites dans trois brèches sous les voies du RER B. Conçues pour supporter le freinage de deux trains, elles mesurent 2,5 m de largeur, 8 m de hauteur et 15 m de profondeur ; au-dessus, un espace de 1 m de hauteur est ménagé pour pré positionner les câbles qui serviront à tracter la dalle jusqu'à son emplacement définitif. Pendant ces travaux, les voies sont supportées par six mini-ponts. Entre le chantier de préfabrication de la dalle et son futur emplacement, trois semelles provisoires sont coulées pour recevoir la structure métallique qui servira de semelle de guidage pour le ripage par glissement sur un revêtement synthétique.

La RATP prévoit la fin complète des travaux du nouveau quai pour avril 2018.

La première semaine de novembre, la RATP commencera par découper les quais et voies actuels en plusieurs blocs, puis terrassera le sommet du talus pour préparer le ripage par l'entreprise Freyssinet. La durée estimée de cette opération inédite est de huit heures. Viendront ensuite les phases de pose de voies - l'entreprise TSO a réservé une grue Kirow d'une capacité de 150 t pour manœuvrer les rails -, de liaison et d'équipement des quais : caténaires, signalisation, vidéo…

Neuf disciplines sur le chantier. Au total, neuf disciplines seront représentées. Le trafic doit reprendre le 6 novembre au matin. La RATP prévoit la fin complète des travaux, avec remise en place des câbles et vérification des communications, pour avril 2018.

Poursuivi par la Société du Grand Paris, le chantier consistera ensuite à terrasser sous ces nouvelles voies, puis à créer les structures souterraines jusqu'à 20 m de profondeur pour accueillir le tunnelier et réaliser les salles d'échanges pour les voyageurs. Les parois moulées périphériques sont déjà en cours de réalisation.

Maître d'ouvrage et conduite du projet : RATP.

Financement : Société du Grand Paris. Entreprises : Groupement Sogea TPI et Soletanche-Bachy (construction du quai à riper), Freyssinet (ripage du quai), TSO - Travaux du Sud-Ouest (travaux ferroviaires). Calendrier du chantier : de septembre 2016 à avril 2018.

PHOTO - 9304_586822_k2_k1_1423435.jpg
PHOTO - 9304_586822_k2_k1_1423435.jpg

Commentaires

Arcueil-Cachan, cinq jours pour changer de quai

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Droit et gestion des collectivités territoriales - 2018

Droit et gestion des collectivités territoriales - 2018

Livre

Prix : 83.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Décrypter les finances publiques locales

Décrypter les finances publiques locales

Livre

Prix : 59.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Négoce 446 - Spécial TOP 100 de la distribution bâtiment-bricolage 2018

Négoce 446 - Spécial TOP 100 de la distribution bâtiment-bricolage 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 25.00 €

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur