En direct

Architecture : qui veut la peau des CAUE ?
"Architecture: qui veut la peau des CAUE ?", une enquête à retrouver dans Le Moniteur n°5855 du 12 février 2016, p.12. - © Todd Smith /Gettyimages Getty Images

Architecture : qui veut la peau des CAUE ?

Nicolas Guillon (Bureau de Lille du Moniteur) |  le 09/02/2016  |  ArchitectureAménagementInternational

Les conseils d’architecture, d’urbanisme et d’environnement (CAUE) vivent des heures difficiles. Avec eux, c’est la qualité du cadre de vie qu’on assassine.

Au commencement était la loi du 3 janvier 1977. Article 1: «La création architecturale, la qualité des constructions, leur insertion harmonieuse dans le milieu environnant, le respect des paysages naturels ou urbains ainsi que du patrimoine sont d’intérêt public. (…) En conséquence, des conseils d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement (CAUE) sont institués.» Le texte fondateur investit les CAUE de quatre missions: développer l’information, la sensibilité et l’esprit de participation du public; contribuer à la formation des maîtres d’ouvrage, des professionnels et des agents des administrations et des collectivités; conseiller le particulier qui désire construire ou rénover; enfin, conseiller les collectivités dans la conduite de leurs projets. Les CAUE sont des associations loi 1901, financées depuis le 1er mars 2012 par la part départementale de la taxe d’aménagement.

En 1982 arrive la décentralisation. Au fil des actes, les services de l’Etat se retirent du terrain comme la mer de l’estran. Dans le vide d’ingénierie territoriale qui va progressivement s’installer, l’Ovni – objet volontairement non identifié, ni administration, ni maître d’œuvre, ni bureau d’études, ni organisme financeur – qu’est le CAUE devient l’outil d’accompagnement de l’aménagement du territoire par excellence. Indépendant, souple, réunissant au sein de son conseil d’administration aussi bien des représentants de l’Etat et des collectivités que des professions (architectes, urbanistes, paysagistes, promoteurs etc.) ainsi que des personnes qualifiées nommées par le préfet, il est le seul à faire le lien entre les différents échelons et les acteurs. Le CAUE est une sorte de tiers-lieu à même, quand le denier public se fait rare, de réunir toutes les composantes de la société autour de la table pour qu’elles apprennent à ajuster ensemble leurs projets à leurs moyens et aux particularités de leurs territoires, et éviter que leurs actes de construction laissent des cicatrices plutôt que des traces.

35 plans de licenciement en trois ans

Le législateur ne dit pas autre chose. Les projets de loi relatifs à la Création, à l’Architecture et au Patrimoine d’une part, et à la Biodiversité d’autre part, comme le rapport Bonnet sur l’aménagement des territoires ruraux et périurbains, affermissent le rôle des CAUE. Hélas, dans les faits, la réalité est toute autre. Car, dans de nombreux départements, une entreprise de démolition est en cours: 92 CAUE en France et 35 plans de licenciements engagés ces trois dernières années ! « La Loire-Atlantique, le Maine-et-Loire, le Nord, les fleurons de notre réseau sont attaqués», ne peut que constater Yves Brien, le directeur de la Fédération nationale des CAUE (FNCAUE). Et si ceux-là tombent, derrière ce sera la cascade.

L’argent est bien sûr au centre des préoccupations de chacun. En réformant la fiscalité de l’urbanisme en 2012 - dans un gros bug informatique qui n’a [...]

Cet article est réservé aux abonnés, abonnez-vous ou connectez-vous pour lire l’intégralité de l’article.

Déjà abonné

Saisissez vos identifiants

Mot de passe oublié ?
Se connecter

Pas encore abonné

En vous abonnant au Moniteur, vous bénéficiez de :

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index

Commentaires

Architecture : qui veut la peau des CAUE ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur

Code pratique du patrimoine et de l’intervention sur le bâti existant

Code pratique du patrimoine et de l’intervention sur le bâti existant

Livre

Prix : 75.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX