Culture

Architecture et design : quoi de neuf? Le Bauhaus!

Mots clés : Architecture - Architecture intérieure - Manifestations culturelles - Musées - galerie

«L’esprit du Bauhaus» règne au musée des Arts décoratifs (Paris) jusqu’au 26 février, avec une exposition qui retrace l’histoire mouvementée de cette école légendaire. De leur côté, les éditions Parenthèses publient «Walter Gropius et le Bauhaus»…

«Architectes, sculpteurs, peintres, tous nous devons retourner à l’artisanat» écrit l’architecte Walter Gropius (1883-1969) dans son manifeste du Bauhaus. Fondé en 1919 à Weimar avec pour mot d’ordre : «l’art total», le Bauhaus, école d’enseignement artistique, s’est imposé comme une référence majeure dans le domaine de la création au XXe siècle.

Créée par Gropius, cette école visait à rendre vie à l’habitat et à l’architecture par la synthèse des arts plastiques, de l’artisanat et de l’industrie. «Nous formons une nouvelle communauté d’ouvriers, sans distinction de classe. Distinction qui dresserait un mur d’arrogance entre l’artisan et l’artiste. Nous concevons et créons ensemble le nouvel édifice de l’avenir qui embrassera architecture, sculpture et peinture dans une seule unité et qui, s’élançant vers le ciel, surgira des mains de millions de travailleurs, comme le symbole cristallin d’une foi nouvelle.» écrit ainsi encore Gropius.

Il lui faudra plusieurs années pour réunir une équipe pédagogique d’avant-garde dont les noms font rêver : Lyonel Feininger, Johannes Itten, Oskar Schlemmer, Paul Klee, Vassily Kandinsky et, plus tard, Theo Van Doesburg, Lázsló Moholy-Nagy, etc. Sous la pression d’une extrême droite allergique à l’avant-garde de ces agitateurs anticonformistes, le Bauhaus se dissout en 1925. Il renaît à Dessau, à l’invitation de la municipalité. En 1933, les nazis mettront un terme définitif à cette expérience intellectuelle et artistique de premier plan. A quelques kilomètres de Dessau, le régime hitlérien ouvrira en 1937, dans la forêt, le sinistre camp de concentration de Buchenwald…

Avec son ouvrage «Walter Gropius et le Bauhaus» qui vient de paraître aux éditions Parenthèses, l’historien de l’art italien Giulio Carlo Argan (1909-1992), analyse l’œuvre, la pensée et la personnalité de Walter Gropius. Publié en 1951, cet essai est considéré par les exégètes du Bauhaus comme l’ouvrage historique et critique de référence sur l’un des grands maîtres de l’institution.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X