En direct

Architecture Espace et sécurité : un lien à définir dès sa conception

PASCALE JOFFROY |  le 11/06/1999  |  Politique socialeArchitectureFrance entière

Existe-t-il des formes insécures ? La dernière livraison des Cahiers de la recherche architecturale et urbaine met en perspective la loi d'orientation et de prévention relative à la sécurité ou loi LOPS.

Après vingt et un ans d'existence, les « Cahiers de la recherche architecturale » affichent leur intérêt pour la ville en devenant les « Cahiers de la recherche architecturale et urbaine ». Le premier numéro intitulé « Espace et sécurité » illustre cette nouvelle dimension en étudiant la question de l'insécurité en ville, question sur laquelle l'étude de cas concrets devrait alimenter un débat trop souvent réduit à des clivages gauche/droite, catastrophisme/ angélisme ou répression/prévention. Aujourd'hui, l'insécurité ne résulte plus seulement d'actes répréhensibles pénalement, mais aussi de comportements d'incivilité et de petite délinquance qui entraînent un climat général de crainte et de méfiance.

Face à ce problème, l'approche des décideurs semble dominée par les expériences anglo-saxonnes dites de « préventions situationnelles », qui établissent - sans la démontrer rigoureusement - une relation de cause à effet entre l'environnement architectural et les risques de délinquance. Ils en tirent parfois des conséquences quelque peu naïves comme celles d'Alice Coleman, figure clef de ce courant en Grande-Bretagne, dont les Cahiers traduisent un texte fondateur. Les Anglais, puis les Suédois, Allemands et Néerlandais se sont déjà engagés dans ce « passage d'une prévention sociale à une prévention technique. En France, la loi du 21 janvier 1995 d'orientation et de programmation relative à la sécurité, dite loi LOPS, traduit en partie cette évolution, en faisant obligation aux concepteurs de prendre part pour certains projets à une «étude préalable de sécurité publique». Ses décrets d'application n'étant pas sortis, la crainte s'installe d'une mainmise de la police sur la conception des espaces qu'elle jugerait pathogènes. Jean-Pierre Duport, préfet de la région Ile-de-France, précise dans les Cahiers qu'«il faut aujourd'hui considérer la prise en compte de la sécurité comme naguère celle de l'incendie» , mais qu'il n'est «pas question d'un nouvel avis conforme, car des critères antagonistes pourraient apparaître(...)». Paul Landauer l'illustre en présentant le résultat de la sécurisation de la Cité des Courtillières à Pantin. Paul Virilio dénonce quant à lui la vidéo surveillance comme moyen d'assurer la paix civile. Bruno Vayssière montre les paradoxes des expériences américaines et esquisse un vade-mecum la loi LOPS.

«Les cahiers de la recherche architecturale et urbaine» no1, mai 1999. Editions du patrimoine. Ministère de la culture et de la communication. 95 F. Outre le dossier «Espace et sécurité» , une rubrique « mélanges» réunit des textes de Walter Benjamin (inédits en français), Florent Champy et Jean-Claude Vigato.

Commentaires

Architecture Espace et sécurité : un lien à définir dès sa conception

Votre e-mail ne sera pas publié

Librairie du Moniteur

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Amélioration et renforcement des sols - AMSOL - Tomes 1 et 2

Amélioration et renforcement des sols - AMSOL - Tomes 1 et 2

Prix : 0.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur