En direct

Architectes, ingénieurs et économistes montrent l’exemple d’une rénovation tertiaire Bepos
Un café-billard projet pilote Bepos Effinergie rénovation - © © Vincent Douet/LeMoniteur.fr

Architectes, ingénieurs et économistes montrent l’exemple d’une rénovation tertiaire Bepos

Jean-Philippe Defawe, bureau du Moniteur de Nantes |  le 15/07/2014  |  SantéFormationArchitectureTechniqueEnvironnement

Loading the player ...

Sur l’île de Nantes, Magnum architectes et urbanistes, le bureau d’études thermiques et fluides Pouget Consultants et l’économiste Gestion Bat ont intégré leurs nouveaux locaux dans un ancien café-billard rénové très largement au-delà des obligations réglementaires, au point d’en faire un projet pilote Bepos Effinergie rénovation pour les bâtiments de bureaux.

Depuis le mois d’octobre dernier, date du début du chantier, les trois acteurs se sont efforcés de faire mentir l’adage du cordonnier mal chaussé. Ils font la preuve qu’il est possible de concevoir des rénovations énergétiques responsables. « Nous avons concentré nos efforts sur une recherche de sobriété tous azimuts » explique Vincent Braire, associé et responsable de l’agence de Nantes de Pouget Consultants. « Ce projet nous donne l’occasion d’appliquer concrètement un autre adage, notre préféré : l’énergie la plus respectueuse de l’environnement est celle qui n’est pas consommée » poursuit-il.

De fait, avec un coefficient Ubat de 0,37 W/K.m2 et une consommation estimée de 33 kwH/m2, le projet rénové affiche deux fois moins de déperditions et quatre fois moins de consommations que l’exigence réglementaire RT Existant. À terme, les consommations seront compensées par une production solaire.

Afin de conserver l’aspect du bâtiment et dans le respect de l’environnement urbain, les architectes ont créé quatre cellules distinctes dans l’édifice, et proposé deux extensions surélevées en bois sur le toit, tout en minimisant les modifications de percements et en utilisant des matériaux nobles, sobres et bruts : maçonneries peintes, verre et bois.

Petit patrimoine industriel

Le bâtiment existant étant inscrit au « petit patrimoine industriel nantais », les concepteurs n’ont pas pu recourir à une isolation thermique par l’extérieur. Il a donc fallu traiter thermiquement le bâtiment depuis l’intérieur en recréant, pour les deux niveaux, une « boite dans la boite » avec un traitement particulier des ponts thermiques. « Les solutions performantes proposées par l’intérieur avec traitement systématiques des ponts thermiques (chapes isolantes, manchonnages,…) sont relativement onéreuses et de surcroît génèrent une perte de surface non négligeable » explique Vincent Braire qui a trouvé la parade en prescrivant aux endroits les plus sensibles (68 m2 au total) un nouvel isolant sous-vide développé par Siniat. Utilisé pour la première fois en France dans cette configuration, SlimVac conjugue en effet performance thermique (R = 5,71 m²/K/W) et gain de surface (40 mm d’épaisseur). « Il permet de diviser par 4 le niveau des consommations globales requis par la réglementation thermique des bâtiments existants » affirme l’industriel qui a également déployer sur le chantier sa membrane R’Filter qui réduit les fuites d’air parasites sur les parties maçonnées et PrégyRoc air, une plaque de plâtre qui absorbe et neutralise jusqu’à 80% de formaldéhydes.

Chaleur

En matière de chauffage, le choix s’est porté sur un raccordement au réseau de chaleur local, l’opérateur Erena—Cofely  acceptant une dérogation à la règle car le bâtiment est bien en deçà des 100 kW usuellement recuis. Au niveau de l’air, une installation double flux avec récupération sur air extrait à haut rendement (90%) via une centrale type Everest d’Aldès installée dans une des extensions. La production d’eau chaude sanitaire ne concerne que la kitchenette et la douche dotée d’un système de récupération de chaleur sur les eaux usées de Gais Green (Recoh tray). L’éclairage naturel a été valorisé via des châssis de toit Vélux et les bureaux sont équipés de solutions proposées par Radian, un industriel nantais qui propose des luminaires à basse consommation (ou LED) sur mât intégrant un système de gestion avec détection et gradation.
Enfin, 70m² de panneaux photovoltaïques monocristallin vont être installés par CEL (Sunpower, 13,7kWc) sur le toit des extensions et permettront à cette rénovation d’atteindre le niveau Bepos.

Un projet pilote Bepos Effinergie rénovation

Maître d'ouvrage : trois SCI représentant Magnum, Pouget et Gestion Bat

Architectes : Magnum Architectes Urbanistes (Nantes)

Bureaux d'études : Gestion BAT (économiste), Pouget Consultants (thermique et fluide), Wigwam Conseil (étanchéité à l'air), Medieco (santé), Gamba Acoustique

Entreprises : SATI (cloison-doublage), PLBI (structure)

Surface : 800 m2 en R+2

Performance énergétique attendue : 33 kWh/m²

Calendrier : travaux entre décembre 2013 et juillet 2014

Budget : 1.400 €/m²

Commentaires

Architectes, ingénieurs et économistes montrent l’exemple d’une rénovation tertiaire Bepos

Votre e-mail ne sera pas publié

Librairie du Moniteur

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX