En direct

Architectes en Europe : un bilan de santé contrasté
Prévision de la charge de travail 2015 des architectes d'Europe établie par le CAE - © © Conseil des architectes d'Europe

Architectes en Europe : un bilan de santé contrasté

MILENA CHESSA |  le 24/02/2015  |  France entièreEuropeArchitectureConjoncture

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Profession
France entière
Europe
Architecture
Conjoncture
Valider

La population européenne d’architectes s’accroît, se féminise, s'exporte et se dit optimiste pour l’avenir malgré la crise qui sévit, selon la dernière enquête du Conseil des architectes d’Europe (CAE) publiée en février et concernant la période 2012-2014.

Tous les deux ans, depuis 2008, le Conseil des architectes d’Europe (CAE) publie une étude sur l’état de la profession dans l’Union. L’édition 2014, parue en février 2015, s’appuie sur les réponses de 18 000 architectes issues de 26 pays européens. Tour d'horizon des principaux enseignements.

Population

Premier constat, la population d'architectes s’accroît. L’Europe compte 567 000 professionnels en 2014, soit une augmentation de 6% par rapport à 2012, notamment due à l’arrivée de jeunes praticiens sur le marché. Trois pays enregistrent une hausse de plus de 10% : la Turquie, le Luxembourg et le Portugal. Les nations les plus peuplées d’architectes sont l’Italie (153 000 architectes), l’Allemagne (107 200) et l’Espagne (51 700). La France en dénombre seulement 29 800. A l’échelle européenne, la densité globale est d’un architecte pour 1000 habitants (en France : 0,5 pour 1000).

Marché

Le plus grand marché de l’architecture en Europe par la taille se trouve en Allemagne (valeur estimée : 5 milliards d’euros), suivi par le Royaume-Uni (2 milliards) et l’Italie (1,9 milliard), trois des cinq pays - avec la France et l’Espagne - où la production dans le secteur de la construction est la plus grande en Europe. Cinq pays ont vu la taille de leur marché augmenter entre 2012 et 2014 : l’Allemagne, le Luxembourg, l’Autriche, la Suède et la Turquie. En revanche, d’autres ont diminué. Les baisses les plus importantes ont été notamment enregistrées en France, en Grèce, au Portugal et en Italie. Globalement, 57% des chantiers consistent en des travaux de rénovation (53% en France) et 43% en constructions neuves (47% en France).

Agence

En 2014, le nombre d’agences d’architecture en Europe est estimé à 163 000. 74% d’entre elles ne comptent qu’une personne, soit une augmentation de 22 points sur deux ans. « On estime qu’il y a maintenant moins d’agences d’architecture de taille moyenne en Europe, ce qui est sans doute à nouveau dû à la crise économique », indique l’étude du CAE. Trois pays comportent des agences de plus de trente personnes : le Royaume-Uni (49), la Turquie (23) et l’Allemagne (18). La France dénombre 8302 agences d’architecture, dont 5894 d’une personne, 1351 de deux personnes, et 883 de 3 à 5 personnes. Le revenu moyen d’une agence d’une personne s’élève à 47 963 euros dans l’Hexagone. A titre comparatif, il est de 115 358 euros en Suisse, 88451 euros en Irlande et 83 536 euros en Finlande, le top 3 européen.

Revenus

Avant impôts, le revenu annuel moyen d’un architecte en Europe - ajusté pour tenir compte de la parité du pouvoir d’achat de chaque pays - est de 29 070 euros. Un chiffre pratiquement identique entre 2012 et 2014. En France, il s’élève à 27 498 euros (27 326 en 2012), soit moitié moins qu’en Suisse (54 608 euros). Egalement dans le top 5 : le Luxembourg (48 701 euros), l’Allemagne (43 350 euros), le Danemark (43 187 euros) et l’Autriche (42 095 euros).

La moyenne des tarifs horaires d’un architecte, non dirigeant, ajustés pour tenir compte de la parité du pouvoir d’achat de chaque pays, est de 69 euros en France, juste derrière le Luxembourg (70 euros), l’Autriche (75 euros), le Royaume-Uni (75 euros) et le Danemark où elle s’élève à 77 euros. La moyenne la plus basse est enregistrée en Grèce et en Roumanie (11 euros). Ces tarifs ont augmenté depuis deux ans, après avoir subi une baisse les années précédentes.

A noter que même s’il n’y a jamais eu autant de femmes exerçant la profession d’architecte en Europe (39%), celles-ci ont des revenus inférieurs de 33% - pour un travail à temps plein - par rapport aux hommes (43% en 2012, 47% en 2010, 46% en 2008), soit environ 8000 euros de moins en moyenne par an.

Export

Si 14% des architectes français ont « sérieusement envisagé de travailler dans un autre pays au cours des douze derniers mois », seuls 3% l’ont fait. Leurs freins ? La méconnaissance du marché local (48%), la connaissance insuffisante des réglementations urbanistiques et/ou de la construction (47%), les questions pratiques, de relocalisation ou personnelles (47%) ou encore les compétences linguistiques insuffisantes (45%). Les architectes ayant le plus traversé leurs frontières au cours des douze derniers mois sont les Luxembourgeois (29%), les Autrichiens (15%), les Irlandais (13%). A l’inverse des Italiens (3%), des Espagnols (4%) et des Portugais (6%).

Travail

Selon le Conseil des architectes d’Europe : « Au cours des douze prochains mois, 47% des architectes ayant répondu ne prévoient pas de changement dans leur charge de travail. Quant aux autres, ils se partagent à part égale entre ceux qui s’attendent à plus de travail et ceux qui s’attendent à en avoir moins. Globalement, si l’on tient compte de la différence entre les optimistes et les pessimistes, une majorité de 3% s’attend à une charge de travail supérieure. Ce solde de +3 est le premier chiffre positif depuis que l’enquête du CAE a débuté et doit être comparé à -14 en 2012. »

La carte reproduite ci-dessus localise les pessimistes en Italie, en Croatie (charge de travail réduite de 20% maximum) et dans une moindre mesure en Grèce et en France (charge de travail réduite de 5 à 19,9%). Les optimistes se situent outre-manche, au Royaume-Uni et en Irlande (charge de travail accrue de 40% maximum). Rendez-vous en 2016 pour confirmer ou infirmer ces chiffres…

Une scission nord-sud est encore perceptible

%%GALLERIE_PHOTO:0%%

Luciano Lazzari, président du Conseil des architectes d’Europe (CAE)

« L’étude de secteur 2014 révèle quelques tendances encourageantes et des perspectives positives pour la profession. Certaines des statistiques les plus négatives semblent être derrière nous - le chômage a baissé, les revenus des bureaux ont légèrement augmenté, davantage d’architectes travaillent à temps plein et les charges de travail pour l’année prochaine sont devraient augmenter. Cependant, ces développements positifs ne doivent pas masquer le fait que la situation varie considérablement d’un pays à l’autre. Une scission nord-sud est encore perceptible et la situation continue de se détériorer dans plusieurs pays. Le marché reste à l’arrêt en Europe méridionale et le sous-emploi et le chômage restent une préoccupation majeure pour de nombreux architectes. »

Commentaires

Architectes en Europe : un bilan de santé contrasté

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Code commenté de la commande publique

Code commenté de la commande publique

Date de parution : 09/2019

Voir

Règlement de sécurité incendie ERP avec historique des versions

Règlement de sécurité incendie ERP avec historique des versions

Date de parution : 07/2019

Voir

Maisons individuelles passives

Maisons individuelles passives

Date de parution : 07/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur